UNE AFFAIRE DE SANG

décembre 1, 2014 9:00 Publié par

David,

Toi David, tu es une déception. Le roi David dans sa tombe se retourne de savoir que tu es appelé comme lui ici-bas.  Le jour où tu es venu au monde, j’ai pleuré. Tu sais pourquoi? Avant que tu décides de venir t’installer dans mon ventre, ton père m’aimait ! J’étais sa bonne petite maitresse, il venait me voir tous les jours quand sa femme avait le dos tourné. Je vivais le rêve par excellence. De toutes mes copines MEM (maitresse est mieux), j’étais la reine. Jusqu’au jour où apprenant ta venue, il a mis les voiles avec sa vraie famille, me rappelant que je n’étais qu’une jeune serveuse de 23 ans stupide et sans le sous et que de mon corps il ne voulait plus.

J’ai voulu te faire passer comme on le dit ! Je l’aurais fait si je n’avais pas été si peureuse. J’avais entendu tant de choses sur des avortements qui avaient mal tourné que je refusais de perdre la vie en te donnant la mort.

En fait je me rends compte à présent que tu as toujours été un enfant mauvais ! Tout le présageait. Tu es né en plein deux heures du matin, au moment où mon sommeil était à son comble. Tu es né prématuré deux mois en avance comme si j’avais les moyens de m’occuper d’un enfant à demi formé ! Hééééé David tu m’as fatigué dêh ! Mais j’ai supporté. Et le pire de tes méchancetés c’est bien ces 12 heures de travail que tu m’as fait faire. J’étais épuisé,  fatigué, j’avais mal, et toi tu refusais de sortir ! Et je revois les infirmières me dire  » arrête de crier là-bas tchrrr, quand tu faisais-là c’était chic non ? » J’ai souffert et ces mots me rappelaient les conditions de ta conception.

Quand enfin tu as eu envie de sortir, tu as montré ta petite tête, tu pleurais très fort, tu étais si petit, si fragile 1 kg à peine. Pour toi j’ai souffert pendant ma grossesse, en te donnant la vie, et après ta naissance.

J’ai tout fait pour être une bonne mère ! Je t’ai appelé David pour que tu sois un grand homme ! J’ai supporté les insultes de mes parents ! J’ai même repris les études pour toi.

Aujourd’hui tu es un grand homme. Mais que de déception pour moi David !

Comment oses-tu venir après 25 ans, Je dis bien 25 ans me dire  » maman je veux retrouver mon père ». Toute l’ingratitude d’un enfant exprimée dans cette seule phrase ! De quel père parles-tu? J’ai toujours été seule ! Tu n’as pas de père, c’est même marqué sur ton extrait père inconnu tu sais lire non !

Pourquoi diable veux-tu retrouver ce père que tu n’as jamais connu ? Ah ! David, tu brises le cœur de ta pauvre mère.

Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par Licka choops

Previous Post Next Post

Comments (3)

  • Mireille Silue 1 décembre 2014 à 15 h 47 min

    « Hééééé David tu m’as fatigué dêh !  » J’étais épuisé, fatigué,  »
    Il y a des e muets qui manquent dans ces phrases. L’histoire est fluide, elle finie un peu trop vite a mon gout mais j’aime bien la cerise sur le gateau.

     Reply
  • Heidi 2 décembre 2014 à 22 h 20 min

    C est marrant , le texte est drôle. On se croirait dans un sketch bien ivoirien.
    « ma ché, les enfants sont bien ingrats même ! » Lol

     Reply
  • KABA Kouda 5 décembre 2014 à 15 h 18 min

    Bon sang ne saurais mentir!!! Histoire fluide, trop vite fini…lol. BRAVO

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *