About Author

M.C AGNINI

Un rencart peu galant

juin 7, 2016 10:07 Publié par

please

Jamais Ackilam n’oubliera ce regard. Feu, passion, désir ! Ces yeux aux éclats de cristal distillaient un rien d’envoûtant, auquel elle ne pu résister. Avec confiance, elle s’y réfugia et distingua clairement le sourire qu’il lui lança. Non cela ne pouvait pas être vrai, il lui avait souri ! Elle se pinça le bras gauche pour s’en assurer. Elle ne rêvait vraiment pas. Tout était vrai.

À mesure qu’il se rapprochait d’elle, sa raison elle prenait des distances. Elle pouvait distinguer même la structure de ses cheveux, jusqu’à la couleur de son lacet mal noué. Le fossé entre sa réflexion et ses émotions gagnait du terrain. A présent, ils étaient nez à nez. Le silence continua de régner. Un instant. Puis de sa voix mélodieuse, Souli brisa les secondes magiques au cours desquelles l’imagination de chacun s’envole vers une lointaine destination, voyage ou l’espace-temps n’a pas de raison d’être. On aurait dit que l’un parvenait à deviner les pensées de l’autre. Sans vraiment se connaître, ils semblaient être liés tels un homme et son ombre. Les accolades de circonstances faites, ils s’assirent l’un en face de l’autre.

Cela faisait une quinzaine de minutes que Ackilam avait investi l’une des tables du restaurant « Assiettes Libres ». En attendant l’arrivée de son compagnon, elle se commanda un verre de soda. À présent que Souli l’avait rejointe, les choses sérieuses pouvaient commencer. Toujours silencieux, la seule chose qu’il fit fut de demander la carte à menu. Il passa commande, elle en fit de même. —Comment trouves-tu l’endroit ? finit par lâcher Ackilam un peu gênée par le lourd silence. — Avec toi à cette table, ce n’est pas une question que l’on doit poser, répondit-il sans que son visage ne lâche une seule expression.

Ackilam ne put s’empêcher de sourire. Son compagnon resta de marbre. Une telle attitude n’avait rien de rassurant. Souli avait-il de sombres projets ? Une chose est certaine, le garçon de service n’eut pas le temps de servir les plats commandés qu’il mit son plan à exécution.

Tout d’un coup, Souli posa sa main gauche sur la hanche de la jeune fille. Une lame fit refléter l’éclat du lustre qui les surplombait. Il se rapprocha encore plus d’elle et lui siffla ces mots à l’oreille :

—Dans ma main gauche, je tiens quelque chose qui n’hésitera pas à te faire ressentir beaucoup de douleurs. Tiens-toi donc tranquille et écoute-moi attentivement. Au bout du couloir, là-bas dans le fond, se trouve une voiture de couleur rouge. Nous allons tout doucement nous diriger vers elle sans attirer l’attention de qui que ce soit. Inutile de te répéter ce qui pourrait arriver si tu t’entêtes. Des comme toi, j’en ai ramené beaucoup dans l’autre monde.

Vingt secondes plus tard, deux ombres blotties l’une contre l’autre prirent la direction du parking du restaurant. Tous les avaient pris pour des amoureux qui s’en allaient certainement passer ensemble une journée fabuleuse, pour ensuite explorer la nuit sous le poids de multiples ébats sexuels.

Aux côtés de cet inconnu dont le seul sourire avait réussi à la mettre en extase, Ackilam se repassa l’enchevêtrement des circonstances qui l’avaient conduite dans ce traquenard.

SouliLEB, elle l’avait rencontré sur Facebook. Une demande d’ajout à sa liste d’amis. Une hésitation. Une fouille hasardeuse sur son journal. Une autre un peu plus minutieuse dans ses albums photo. Et la décision était prise. Avec sa belle bouille, Souli savait pertinemment que celle-là aussi mordrait à l’hameçon. Dès lors, les échanges commençaient à se faire plus en privé. Dans sa messagerie, il était celui avec qui elle échangeait le plus souvent. C’est là à cet endroit qu’ils apprirent à se connaître, ou du moins à faire découvrir à l’autre la facette de soi que l’on souhaite montrer. Puis un jour, il y eut ce rencart…

Sans hésiter, elle s’y était rendue, car Souli avait déjà conquis son cœur. Et voici là où tout cela la menait. Sur la banquette arrière d’un véhicule conduit par un individu cagoulé, mains et pieds liés.

Le véhicule démarra en trombe et les angoisses d’Ackilam avec elle. Elle criait de toutes ses forces, mais c’était peine perdue. Pour elle, il n’y avait que par ce moyen qu’elle pourrait se faire entendre.

Une sonnerie de téléphone fit irruption dans le véhicule lancé à vive allure. C’est la voix de Souli qui accueillit l’interlocuteur. Il activa le haut-parleur certainement pour que le conducteur puisse aussi entendre la conversation :

– Oui boss c’est OK, dit-il à son correspondant. – J’espère pour cette fois que je n’aurai pas perdu mon précieux temps avec vous. – Bien entendu, elle est comme vous les aimez. – Je vous attends donc. – Pas de soucis Boss, nous sommes en chemin.

Ackilam n’avait pas eu d’hallucination. Les paroles qu’elle venait d’entendre n’avaient rien d’une blague. Il lui fallait jouer le tout pour le tout. Alors elle continua encore et encore de crier, jusqu’à ce qu’un objet de poids relativement consistant vienne buter sa nuque. Elle tomba dans les pommes.

Lorsqu’elle revint à elle. Le véhicule venait de s’immobiliser. Au loin, elle entendit une voix : « pour cette fois, nous ferons le rituel sur place. Que l’on me l’emmène ».

Coupez ! Cette séquence est enfin bouclée. Nous reprenons le tournage demain. Bravo à toute l’équipe.

Par une journée si ensoleillée, le réalisateur était satisfait de l’avancé du film qui ferait sûrement les plus grosses entrées cinéma de cette fin d’année.

Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par M.C AGNINI

Previous Post Next Post

Comments (2)

  • Shannen Rimphrey
    Shannen Rimphrey 7 juin 2016 à 13 h 26 min

    Waouh. ..j’aime bien. La chute est brutale. Vu le début en tout cas on est dans l’esprit de l’héroïne et non comme si on était en regard extérieur.

     Reply
  • Tchonte Silue 21 juin 2016 à 16 h 52 min

    J’aime, j’aime j’aime. J’esperais une fin pas tragique, je m’attendais a un cauchemar mais j’aime mieux cette chute. Tu as pu me faire angoisser pour Ackilam bien que la nouvelle soit courte.

     Reply

Répondre à Tchonte Silue Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

M.C AGNINI