About Author

M.C AGNINI

UN MOT POUR TOI

octobre 14, 2014 12:07 Publié par

NADIA chérie,

Je ne sais par quoi commencer tellement j’ai beaucoup à dire. Une vie entière serait insuffisante, mais tu sais, je serai bien contraint de m’arrêter à un moment donné. Je ne sais pourquoi je perds mes mots quand il s’agit de m’ouvrir à toi. Ton charme me donne des idées ankylosées. Avant que ces quelques mots qui tourbillonnent dans mon esprit ne se dissipent, il vaudrait mieux te les exprimer dès à présent. S’il m’était possible de t’ouvrir mon cœur, cela ferait de moi l’homme le plus heureux de l’univers, car je parviendrais de cette manière à te faire mesurer ton importance dans ma vie. Cependant, je prends sur moi de t’offrir mon cœur, en espérant que tu parviennes à capter mes moindres pulsions, mes battements dirigés à ton endroit, à les comprendre. Je ne désire guère que mes paroles t’émeuvent. Simplement regarde-les ; lis-les ; écoute-les ; ressens-les ; touche-les ; garde-les avec soin. Une partie de moi s’y trouve. Pourquoi suis-je épris de toi ? Autant me demander comment tu t’y es prise, pour me faire tomber sous ton charme innocent ? Jusque-là je n’ai pas encore trouvé de réponses. J’émets simplement des hypothèses incandescentes, des soupçons écarlates, rien de plus. Je sais juste que sans toi,  je ne suis plus moi. Sous mes pieds, le sol s’écroulerait à la minute. Tu es mon équilibre, ma chance, mon bonheur, mon assurance. Celle qui équilibre mes chances de bonheur et me donne de l’assurance. Le commun des mortels, une année durant, n’a retenu qu’un seul jour pour célébrer l’Amour. Moi je retiens trois cent soixante-cinq, voire trois cent soixante- six jours pour te démontrer mon amour. Si un jour ton Amour pour moi passe, crois moi je trépasse. Alors sans thème, je garderai les mêmes termes pour espérer ne jamais mettre un terme à notre idylle, car je t’aime DIANA.  

Celui qui t’aime . . .

PS : Ceci n’est pas une anagramme encore moins une erreur, mais cette lettre est bien destinée à DIANA, ton amie. Si j’ai mis son nom en titre c’est simplement parce que c’est le seul moyen que j’ai pu trouver pour t’annoncer notre relation. J’ai plusieurs fois essayé de te le dire mais tu ne m’écoutes jamais. Quatre semaines n’ont pas suffi. Tu es trop occupée j’imagine. J’espère que tu as fait la lecture intégrale de cette lettre. Je l’aime et désolé si je te fais mal. Je crois avoir trouvé mon âme sœur, tu as maintenant le champ libre pour tes infidélités avides de pécule. Je me libère de toi à présent.
Tags : ,

Classés dans :, ,

Cet article a été écrit par M.C AGNINI

Previous Post Next Post

Comments (1)

  • tana valery 14 octobre 2014 à 12 h 49 min

    Curieuse façon de prononcer trois mots. <>.

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

M.C AGNINI