About Author

BOSS

TRAGEDIE A ACE (1)

septembre 25, 2013 1:19 Publié par

Chaleur de plomb, canicule étouffante, le soleil est bien avance aujourd’hui. En effet, il n’est que 11 heures et 30 minutes quand il semble déjà pointer au zénith dans le ciel éclairci d’Abidjan. C’est à ce moment précis qu’il, N’gouan Serges Roxan, pousse la porte du siège de la ACE, compagnie d’assurance au plateau. Paré d’un un costume bleu marine, il avance le pas décidé vers le vigile qui se dresse promptement avec un « Bonjour Patron ». Sûr de son fait mais surtout ravi que son plan se déroule à merveille, il ne répond à ce dernier que par un sourire à peine perceptible et un hochement de tête.

S’empressant vers l’ascenseur il fut interrompu par le vigile : – Où tu vas patron? – Mr N’gouan, dit-il en lui tendant sa main. Comment vous appelez vous? – Moi c’est Coulibaly…Coulibaly Emmanuel, balbutia-t-il tellement la poignée de main était forte. – J’ai un rendez-vous à 11heures30 avec Mr Bokossa Eric, le directeur. – Ah ok, 6e étage! répondit le vigile. – Merci et bonne journée, lui répondit-il en lui tendant encore la main mais cette fois-ci avec un billet de 1000 F CFA à l’intérieur. Dans l’ascenseur, puisqu’il était seul, il se mit à jubiler de joie car le 1er obstacle venait d’être passé. Dès que l’ascenseur annonça que la destination était atteinte, il reprit son calme et sa sérénité d’usurier, sortit de l’ascenseur et avec une foulée énergique se dirigea vers la secrétaire qui à son bureau jouait, aux sons qui en émanaient, à zuma. – Bonjour Mme ou Mlle? – C’est Madame, Monsieur? – Monsieur N’gouan. Vous êtes vraiment mariée? Vous êtes si radieuses, et vous faites si jeune. – Vraiment? Merci! Dit-elle avec un sourire large jusqu’aux oreilles tant les compliments lui faisaient de l’effet. – Ce n’est que pure vérité. – C’est vraiment gentil de votre part. Dites-moi, qu’est-ce qui vous amène aujourd’hui? – M. Bokossa m’a demandé de passer, il m’a dit qu’il serait très occupé aujourd’hui et m’a donc demandé de voir Milcah Kassi. En effet, Milcah Kassi était le nom de la secrétaire. Depuis plus de deux semaines, il épiait ses moindres faits et gestes : ses heures d’arrivée, ses heures de pause et même ce qu’elle prenait lors de sa pause déjeuner. Il ne lui manquait que l’information la plus importante pour son plan : son nom. Mais l’occasion ne se présentait pas. Alors il lui avait fallu la créer car sa patience était à bout et le nom de la secrétaire était la dernière pièce qui manquait. Un midi, alors qu’il se tenait à son poste d’observation il vit sortir une jeune demoiselle tout de bleu vêtue des locaux de ACE. Elle semblait faire partie du personnel d’entretien. La mine défaite qu’elle arborait et le fait qu’à 11heures 47, l’heure à laquelle aurait dû sortir la secrétaire du DG, cette femme se dirigeait vers le restaurant où aurait dû se diriger la secrétaire lui fit comprendre qu’elle avait été envoyée par la secrétaire. C’était l’occasion à ne pas rater, celle qu’il attendait depuis plus de 2 semaines. Il se précipita donc dans le restaurant où attendait impatiemment la jeune demoiselle. Par chance il était juste après elle dans le rang, il entama donc la conversion. – Ma chérie, tu es jolie comme çà et puis tu fermes ton visage? Qu’est ce qui se passe? – Ce n’est pas ton problème! répondit-elle. – Je sais, mais tu es trop triste pour que je te laisse dans cet état. Ton enfant est malade? Tu as perdu quelqu’un? – Non, c’est ma patronne qui m’énerve. – Ils aiment envoyer les gens, ils savent pas que notre travail est important comme pour eux. – Mon frère, tu as trop raison même. Au lieu de me laisser finir mon ménage, elle m’envoie pour payer sa nourriture. – Qui ça? Dominique non? – Quelle Dominique? Ce n’est pas Milcah? Comme elle est la secrétaire tu DG, elle pense qu’elle peut tout se permettre. – Quelle Milcah? Krika? – Ah! moi je sais pas si elle s’appelle Krika aussi, je sais que son nom de famille c’est Kassi. – Qui? la secrétaire du DG? C’est elle qui est Milcah Kassi? – Oui oui, c’est elle avec son gros nez là! – Ma chérie, tu sais il faut faire attention oh. Comme c’est la secrétaire du DG là, on sait jamais peut-être qu’elle va te faire avancer un jour. – Celle-là, c’est une vraie sorcière. – En tout cas leur rang là est long hein, moi je vais manger ailleurs. Bonne journée Ma sœur. Il jubilait de joie en sortant du restaurant, enfin son plan pouvait entrer en exécution. Il entreprit quand même de vérifier si l’information qu’il venait de soutirer était exacte. Il appela ACE et feint de vouloir parler à Mlle Milcah Kassi. Il apprit qu’il s’agit plutôt de Mme Kassi, et que la secrétaire du DG était très occupée et avait demandé qu’on lui laisse plutôt des messages car elle ne voulait recevoir aucun appel.

– Milcah Kassi, c’est moi. – M. Bokossa m’a dit qu’il serait très occupé, et qu’il fallait que je vous demande de m’annoncer par : « votre rendez-vous de 11h45 est là » puisque le sujet dont nous devons parler est si délicat qu’il ne figure pas dans son emploi du temps. En fait personne ne doit savoir que je suis venu ici. Ce rendez-vous n’a même jamais existé. – Je vois! répondit-elle bluffée. Vous avez la chance car je prends toujours ma pause à 11h45, en plus vous n’avez qu’à patienter cinq minutes. Cinq minutes plus tard, elle frappait à la porte du bureau de M. Bokossa Eric. – Mr, s’il vous plaît votre rendez-vous de 11h45 est là. – Mon rendez-vous de 11h45? S’interrogea-t-il. – Oui Monsieur, votre rendez-vous de 11h45, renchérit-elle. Cette phrase n’avait pas été choisie au hasard, en effet il savait qu’elle jetterait la confusion entre les deux interlocuteurs. Et c’est bien ce qui se produisit. – Mon rendez-vous, vous dites? Soit, faites le venir alors.

Elle revint à Mr N’gouan lui annonçant que le directeur était prêt à le recevoir, lui indiquant la direction de son bureau, ensuite prit son sac et partie en pause. C’est tout fébrile qu’il s’avançait dans le bureau du Directeur Général de ACE-CI. Juste avant la porte il fit rapidement un signe de croix, et s’avança de façon implacable vers M. Bokossa lui tendant une main des plus fermes possibles. – Alors c’est vous « Mon rendez-vous de 11h45? » – En effet, répondit-il. Je suis N’Gouan Serges Roxan. – Que puis-je faire pour vous Mr N’Gouan? – J’ai envoyé plusieurs courriers et emails à votre DRH sans aucune suite, alors je suis personnellement venu vous dire que votre entreprise a besoin que je travaille pour elle. – Ah bon? Et pourquoi? arriva-t-il à prononcer entre deux rires de éclats. – Je l’ai su juste après votre conférence sur l’entrepreneuriat à l’INP HB. J’ai eu mon DUT en Commerce et Administration des Entreprises option Gestion-Commerce avec la mention « Très-Bien » il y a 2 mois. Dès le lendemain de ma soutenance, j’ai commencé à envoyer des courriers à la DRH lui signifiant que je voulais participer aux tests de recrutement qu’elle disait ouvert à tous. A ma grande surprise, j’ai découvert il y a 3 semaines le résultat des tests et le nom des personnes ayant étés sélectionnées pour intégrer votre entreprise. Intégrer ACE étant mon plus grand désir, je me suis mis à observer les moindres faits et gestes des employés surtout du DRH parce que j’ai voulu le rencontrer. Puis je me suis dit que s’il fallait prendre des risques, autant que je prenne les plus grands. Dès lors mon regard s’est porté vers vous. Il me fallait comprendre comment et quand vous rencontrez. Ainsi, j’ai étudié vos habitudes. Vous arrivez tous les jours au bureau aux environs de 7h45, et vous ne sortez normalement des locaux que vers 15h30, soit 1h30 avant les autres employés, les mêmes 1h30 que dure la pause déjeuner. J’en ai déduit que vous ne prenez pas de pause déjeuner. Vu votre jeune âge et votre forme physique, je pense que vous ne suivez aucun régime. La glacière que vous portez en plus de votre sac les matins et soirs doit donc contenir votre déjeuner. Quand à votre secrétaire, elle aime le bleu, monte toujours dans l’ascenseur avec le pied droit, arrive tous les jours au bureau juste 5 minutes avant vous. Très minutieuse, elle prend sa pause à la même heure : 11h45, déjeune dans le même restaurant et commande toujours le même menu. Vous comprenez que 11h45, l’heure de notre rendez-vous n’est pas une heure que j’ai choisi au hasard. – Continuez s’il vous plaît. – Je l’ai choisi parce que votre secrétaire descend à cette heure, et donc qu’elle fera tout à la va-vite pour sacrifier à son rituel journalier. Elle est donc déconcentrée et n’a qu’une envie : descendre et manger. Ensuite, sans votre secrétaire votre rythme de travail ralentit puisqu’elle joue également le rôle d’assistante. Ainsi, s’il y a une tranche horaire dans laquelle vous êtes moins occupée, c’est bien entre 11h45 et 13h15.Par ailleurs, nous sommes le 2e vendredi du mois et à cette période, le rythme du travail diminue considérablement. S’il y donc un moment où un entretien avec moi vous ferais perdre moins en terme de temps, et de charge de travail, c’est bien le 2e vendredi du mois entre 11h45 et 13h45. M. Bokossa resta silencieux une longue minute, éberlué et interloqué devant ce récit. – Je dois dire que c’est la plus belle, troublante et déconcertante lettre de motivation que je n’ai jamais reçu. fini-t-il par dire. Puis il renchérit :  » je suis tellement choqué que je ne sais quoi pensez? Êtes-vous un génie? Un dangereux psychopathe? »

Tags : ,

Classés dans :,

Cet article a été écrit par BOSS

Previous Post Next Post

Comments (21)

  • N'Kauh Nathan-Régis Bodje 26 septembre 2013 à 14 h 04 min

    Toute une strategie pour un entretien d’embauche. Yes !

     Reply
  • Saadjee 26 septembre 2013 à 21 h 28 min

    Lol, j’aime bien la dernière question: Un dangereux psychopathe?mdrrr, je file lire la seconde partie.

     Reply
  • BOSS
    BOSS 27 septembre 2013 à 8 h 02 min

    Loool, ya de quoi s’interroger non?

     Reply
  • SAPHYR-EMERAUDE 27 septembre 2013 à 14 h 48 min

    Ton histoire est bien rédigée à mon humble avis. Je trouve juste que tu peux faire mieux dans la manière de la relater, car à certains moments il y a une cassure dans la trame à cause de certaines tournures de phrases. Je tiens à préciser que ce n’est pas l’avis d’un écrivain, juste les impressions d’une lectrice. Bravo parrain de nous égayer avec tes écrits. Je t’encourage à continuer.

     Reply
  • Kitchin
    kitchin 27 septembre 2013 à 15 h 14 min

    Une technique qui pourrait faire école chez les nombreux personnes en quête de boulot. Ok j’attends de lire la suite d’abord.
    Pour la première partie, j’avoue que le recit du Mec est fort….

     Reply
    • BOSS
      BOSS 27 septembre 2013 à 15 h 18 min

      Je te promets, j’aurais bien voulu être à la place de cet audacieux jeune homme.
      C’est flattant

       Reply
  • Kapeu 30 septembre 2013 à 13 h 56 min

    beau récit pour ma part, seulement un peu trop de ressemblance dans les prénoms des personnages avec certains de tes amis dans la réalité. pas que ce soit mauvais mais on pourrait, (pour des personnes qui le savent), interpréter cela comme si t’avais pas cherché loin et que tu as juste plagié la vie d’un ami à toi.
    cela dit, le déroulement du récit est attrayant, on a de plus en plus envie de découvrir la suite. quand un écrit suscite cette envie, alors c’est du bon mais j’attends de voir la suite,
    bonne continuation petit frère!!

     Reply
    • Fatou Fofana 30 septembre 2013 à 16 h 27 min

      JE NE SUIS PAS DE TON AVIS KAPEU CEST UN HOMMAGE A CES PERSONNES

       Reply
      • BOSS
        BOSS 30 septembre 2013 à 18 h 09 min

        Justement Kapeu, c’est un hommage à mes amis, ma soeur! Etc…

         Reply
    • Lohore 1 octobre 2013 à 20 h 49 min

      Loool Kapeu ! Je prefere parfois une histoire venue du genie avec des noms connus qu’une histoire connue avec des noms inventes. quoique tout soit dans l’art d’ecrire
      De plus de nombreuses histoires ecrites peuvent etre des faits vecus par des proches. Ca n’en fait aucunement du plagiat et n’ote rien a mon avis a la qualite de l’oeuvre. Certaines histoires peuvent paraitre si etranges pour qu’on s’imaginer qu’elles puissent etre vecues mais on est des milliards sur terre… il peut bien y avoir une personne concernee quelque part la bas ca n’en fait pas un plagiat pour autant… j’ai meme hate que ton.nom apparaisse dans un de ces textes. Ton regard sur la question changerait surement… belelou ! Boss merci pour ce premier acte assez imaginatif. Il faut accentuer les descriptions des lieux.. des ambiances.. de l’environnement. pour qu’on puisse mieux partager les scenes ..c mon avis. Bravooo ! T le boss cheri. Tu fais honneur. Merci pr le coucou aux GC !

       Reply
  • NGUESSAN KONAN GERARD 30 septembre 2013 à 13 h 57 min

    je ne veux pas et surtout te flatter mais je connais déjà l’homme et ce qu’il vaut…
    Parlant de tes écrits, j’ai pas encore terminé la lecture mais le peu me satisfait tant tu es poussé vers l’avant quant une partie… bon courage parrain pour la suite…
    pourquoi pas un polytech????????

     Reply
  • Fatou Fofana 30 septembre 2013 à 16 h 25 min

    la question ne se pose même pas c’est un psychopate

     Reply
  • BOSS
    BOSS 30 septembre 2013 à 18 h 09 min

    Non, Il est juste machiavéliquement génial!

     Reply
  • Licka choops 1 octobre 2013 à 0 h 32 min

    toute la semaine j’ai hésité à lire ton texte pour cause de longueur infinie. Mais là j’ai envie de lire la suite, c’est entrainant

     Reply
    • BOSS
      BOSS 2 octobre 2013 à 0 h 57 min

      En effet, plusieurs personnes personnes m’ont fait remarquer la longueur de mes textes. Je vais essayer régler cela dans ma prochaine nouvelle.

       Reply
  • Oriane 1 octobre 2013 à 3 h 25 min

    nice writing BOSS… just continue

     Reply
  • Nadine KRIKA 12 octobre 2013 à 13 h 00 min

    waouu, chapeau Boss. je dois dire que j’ai été agréablement surpris quand je lu dans le récit mon nom (j’avoue que c’est très flatteur et au passage grand merci pour cela). Concernant le récit, très bien écris, belles tournures de langue, ça se voit que tu maîtrises les contours de la langue de molière. Tu as beaucoup de talent. Cependant, un peu de confusion dans le récit (surtout au niveau ou N’gouan suit la jeune femme pour avoir les informations sur la secrétaire, j’ai du lire plus d’une fois cette partie pour comprendre et poursuivre). Pas assez de description car mon esprit n’a pas voyager et tenter d’imager les locaux.. Mais dans l’ensemble c’est bien. La base est déjà acquise et avec les conseils d’un écrivain tu y arriveras certainement!!! Bon courage et on attend la suite.

     Reply
    • BOSS
      Boss 12 octobre 2013 à 14 h 57 min

      Merci pour les encouragements

       Reply
  • Nadine KRIKA 12 octobre 2013 à 13 h 01 min

    J’oubliais, pourquoi le titre « tragédie » ? ou bien on fera le lien dans la suite du récit?

     Reply
    • BOSS
      Boss 12 octobre 2013 à 14 h 58 min

      Loooool, tu verra a la fin de la série

       Reply
  • Wonseu
    Wonseu 16 octobre 2013 à 14 h 49 min

    Une technique d’approche qui pourrait aider plus d’un ! Je cours lire la suite 🙂

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

BOSS