About Author

Cyryky

SOLDAT MALGRÉ LUI

février 13, 2013 10:40 Publié par

« Brûlez-moi ce village, faites prisonniers les enfants, violez toutes les femmes mais laissez-moi seulement les plus belles, quant aux hommes tuez-les », ces paroles sont de Rambo, Commandant en chef d’un groupe de rebelles désirant s’emparer un jour de la Présidence de « BonheurKro ».

Cela fait maintenant treize ans que Rambo est soldat depuis qu’il a été enlevé, puis enrôlé de force par ce groupe de rebelles. Pour avoir la prestigieuse place de « Commandant » qu’il occupe fièrement aujourd’hui, il a dû gravir les échelons. Dès son arrivée, il a dû s’imposer en se battant d’abord avec les autres enfants de son âge, ensuite en les brutalisant car ces derniers avaient peur et passaient tout leur temps à pleurnicher. Un de ses mentor « Gbagbadji » ne cessait de lui répéter cette phrase : « Rambo, si tu veux rester en vie ici et mériter le respect des autres, bats-toi de toutes tes forces et va chercher le respect où il se trouve, cela à n’importe quel prix ». Oui Chef ! répondait-il à chaque fois. Aujourd’hui, ce conseil a fait de Rambo une personne crainte par tout le groupe. Pour preuve, il a tué son mentor au cours d’une mission car selon ses mots : « c’était lui ou moi » sans vraiment expliquer les circonstances de la mort de « Gbagbadji ». Le meurtre de celui qui fut considéré comme son « père spirituel » dans l’art de la guerre, lui a valu d’être promu très rapidement Chef de tout un bataillon.

Aujourd’hui, Rambo donne des ordres qui sont exécutés à la minute. Les voici donc dans un nouveau village pour y commettre des exactions. « Brûlez-moi ce village, faites prisonniers les enfants, violez toutes les femmes mais laissez-moi seulement les plus belles, quant aux hommes tuez-les tous sans pitié». Aussitôt dit, aussitôt fait quand on entend soudain dans la foule « John, s’il te plait ne les laisse pas me faire ça », c’était la voix d’une belle dame qui criait dans la foule. Ce cri attira l’attention de Rambo qui devient tout furieux à la vue de la beauté et de la douceur de cette dame. « Je pense avoir dit que je me réservais toutes les belles dames non ? », demanda-t-il. Le responsable tremblait déjà de toutes ses forces car il connaissait son sort. Rambo sortit son arme et tira à bout portant sur son élément qui a dû oublier les règles de son Chef sans doute à cause de la drogue qui faisait son effet. Il demande que la charmante demoiselle soit accompagnée dans la case du Chef du village après avoir fait exécuter ce dernier devant son peuple dès la prise de ce patelin.

Arrivé à ses nouveaux appartements, Rambo retrouve la jeune femme qui ne l’avait pas laissé indifférent tout à l’heure. Rien qu’à la vue de cette dernière, une libido le prit soudainement. Il ne pouvait plus se retenir, il voulait rapidement passer à l’acte. Lorsqu’il s’approcha de la demoiselle, cette dernière poussa un cri : « John, John… » Sans même la laisser finir sa phrase, Rambo lui administra une de ses gifles avant de lui dire ceci : « Ton chéri John vient d’être exécuté avec tous les hommes du village, donc tu ferais mieux de te laisser faire car d’autres m’attendent pour me satisfaire ». Après ces propos, Rambo fit l’amour à cette jeune belle dame sans protection, sans son consentement et cela de la manière la plus vulgaire et vicieuse qu’il puisse exister ou imaginer. Il se dirigea ensuite dans d’autres concessions ou l’attendaient aussi d’autres filles.

Les jours se ressemblent dans la vie de Rambo à la seule différence qu’il ne veut plus de belles filles dans son « harem » car les moyens financiers font maintenant défaut. Le groupe de rebelles survit grâce au trafic de drogue et de certaines matières premières de « Bonheurkro ». Mais ces derniers mois, personne ne veut acheter ces produits, encore moins la communauté internationale qui soutient ouvertement le pouvoir en place. Les frontières sont hautement surveillées pour ne laisser passer aucune marchandise. Rambo et ses éléments sont donc livrés à eux-mêmes. Il y a même des règlements de comptes, des coups fourrés mais à chaque fois, Rambo doit sa vie sauve grâce au mythe qu’il a su créer autour de lui et est averti par un élément traitre qui devient son informateur secret. Une fois déjoués, les coupables sont exécutés devant tout le monde en guise d’avertissement aux potentiels dissidents.

Des mois passent, et comme de coutume, les concubines de Rambo passent à tour de rôle pour satisfaire sa libido. Ce soir-là, après plus de sept mois, Rambo se retrouve avec notre belle jeune inconnue. Il constate qu’elle est enceinte et a perdu un peu de sa beauté avec le temps. Furieux, il appelle son élément le plus proche et lui demande : « quelles sont les consignes que j’ai données ? », le soldat répond : « Chef ! Vous avez dit que vous ne vouliez pas de femme enceinte dans votre harem, elle doit être donc exécutée ». Rambo remercie son vaillant soldat et lui donne la jeune inconnue en guise de présent tout en lui disant qu’il ne voulait plus la revoir.

Toute la nuit, le vaillant soldat va jouir comme il peut de son précieux présent car selon ses souvenirs, Rambo ne fait jamais de cadeau, alors autant en profiter au maximum. Il va abuser de cette belle inconnue comme il veut et comme il peut au point de la laisser dans un piteux état. Il va ensuite l’enterrer vivante pendant que tout le village est encore endormi. De retour, il prend une douche et se dirige vers sa chambre à coucher quand soudain quelque chose attire son regard dans le noir. Comment est-ce possible ? Comment est-elle arrivée là ? Doit-il jouer aux ignorants ou doit-il s’en approcher ? Pleins de questions lui passent par la tête. Entre les bras de Morphée et la mystérieuse présence dans sa chambre, le fameux informateur de Rambo était bien embarrassé. Il décida finalement de se diriger vers l’obscurité pour en avoir le cœur net. Ouf ! Pouvait-il s’exclamer en ramassant la lettre du sol sur laquelle était marquée ceci : « Pour Rambo… ». Il ouvre la missive sur laquelle était écrit en premières lignes ceci : « Cher John dit Rambo ! Depuis le temps où tu me fus enlevé par ces rebelles, je n’ai cessé de penser à toi. Tous les jours, je priais Dieu pour qu’il permette que nous puissions nous revoir comme au bon vieux temps… », À la lecture de ces mots, Bolha referma la lettre et s’empressa de l’apporter à son Chef bien aimé Rambo. Celui-ci l’ouvrit à son tour et se mit à la lire.

« Cher John dit Rambo ! Depuis le temps où tu me fus enlevé par ces rebelles, je n’ai cessé de penser à toi. Tous les jours, je priais Dieu pour qu’il permette que nous puissions nous revoir comme au bon vieux temps. Cela fait exactement quinze ans que je n’ai plus eu de tes nouvelles jusqu’au jour où tu m’as tirée de la main de tes éléments. J’étais loin de m’imaginer que c’était pour abuser de moi. J’ai essayé de te rafraichir la mémoire mais tu ne m’as pas laissé le temps sans doute à cause de la drogue. Après cela, quand j’ai appris que j’étais enceinte de toi, j’ai voulu t’en parler mais toutes tes règles m’en ont empêchée. Quand j’ai su que mon jour arrivait en qualité de concubine, car tu ne pouvais pas voir tout le monde car nous étions si nombreuses, j’ai donc écris cette lettre qui j’espère nous rapprochera. Je me souviens encore du surnom de Rambo que tu affectionnais tant car tu désirais sauver ce monde et surtout notre pays. En lieu et place, tu es devenu un véritable bourreau et la seule évocation de ton nom fait fuir toute une localité. J’aurais tant aimé entendre le contraire de toi car malgré tout, tu es et demeures toujours mon héros. Puisse Dieu permettre que tu redeviennes ce modèle que tu as toujours incarné pour moi Ta petite sœur Myriam qui t’aime de tout cœur.».

Pour la première fois depuis treize ans, John dit Rambo l’insensible pleura à la lecture de son histoire, à l’évocation de son passé. Lui qui depuis des années avait oublié son identité réelle pour en revêtir une fausse. Lui qui était devenu une véritable machine à tuer et craint de tous. Lui qui avait même tué « Gbagbadji » quand ce dernier sous l’emprise d’une drogue forte lui avoua qu’il avait tué ses parents avant de les découper et les donner aux hyènes de la forêt.

Rambo essuya rapidement ses larmes avant de demander à son protégé où il avait enterré Myriam sa sœur. Ce dernier le conduisit à la sortie du village. Arrivés au cimetière improvisé, c’est une Myriam agonisante qu’ils trouvèrent. Malgré la douleur, elle put trouver des forces pour sourire à son frère bien aimé, son Rambo comme elle aimait bien l’appeler. Elle lui dit ceci : « Je te pardonne mon frère car te connaissant, tu ne pouvais pas agir ainsi. Que Dieu t’aide à te retrouver un jour et abandonne le maquis pendant qu’il est encore temps. Je t’aime mon Rambo ». A ces mots, Myriam rendit l’âme.

Rambo pour une seconde fois en l’espace de quelques minutes laissait couler des larmes sur ses joues qui commençaient à s’inonder. Sous la colère et l’amertume, il tua Bolha son protégé car le tenant pour responsable de la mort de sa sœur. Il resta quelques instants à côté du corps sans vie de sa sœur. Il fit tout seul son deuil dans cet endroit empestant les cadavres.Au crépuscule, Rambo abandonna son arme à cet endroit pour une destination inconnue des hommes mais pas de Dieu.

C’est ainsi que Rambo devint une vraie légende car s’étant volatilisé comme il aimait se vanter : « un jour vous n’entendrez plus parler de moi, j’irai comme je suis venu, seul Dieu saura où je suis».

Tags : ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Cyryky

Previous Post Next Post

Comments (8)

  • Sadjee 13 février 2013 à 11 h 58 min

    Bienvenue, Cyryky, et merci pour l’histoire! Je commence par le bémol : ton style peut être amélioré, il y a quelques maladresses. Par contre, je trouve l’histoire très originale, et bien scénarisée.

     Reply
    • Cyriac Gbogou 21 février 2013 à 18 h 37 min

      Bonjour, merci et j’attends seulement que vous m’aidez à soigner ces maladresses là ooohhhh.

       Reply
  • Marck_Andy
    Marck_Anderson 13 février 2013 à 14 h 28 min

    You are making me cry!

     Reply
    • Cyriac Gbogou 21 février 2013 à 18 h 38 min

      Sorry bro, je vais essayer de ne plus le faire. Mais comment cela a été possible?

       Reply
  • KABA Kouda 13 février 2013 à 14 h 44 min

    En tout cas belle histoire très originale, bravo pour avoir fait le pas j’espère qu’on aura le courage de te suivre aussi. Qui sait un jour !!!!!

     Reply
    • Cyriac Gbogou 21 février 2013 à 18 h 39 min

      Quand je pense que c’est ma première nouvelle, je suis vraiment encouragé par vous. Nous vous attendons tous sur 225nouvelles.ibems.com

       Reply
  • bee 13 février 2013 à 21 h 00 min

    belle nouvelle. pleine d’émotion. Merci pour ce partage

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Cyryky