About Author

Koumba Fatim Yoda

Panel Littéraire SILA 2018: Livre et Liberté d’expression

mai 20, 2018 11:00 Publié par

Eugène Kacou, Cheick Yvhane, Venance Konan et Dindane Ousmane étaient les auteurs à l’honneur pendant le panel littéraires « livre et liberté d’expression ». C’était le Vendredi 18 Mai au Salon International du Livre d’Abidjan.

 

Eugène Kacou, auteur de « Tu t’appelleras Eugène Kacou : un journaliste téméraire »

Eugène Kacou explique que l’envie d’écrire un livre est venue de l’insistance d’un de ses amis, pâtissier à Grand-Bassam. Il estimait que sa vie valait la peine d’être contée et ce serait un gâchis de mourir sans l’avoir fait. Dans cette œuvre, il nous parle donc de son parcours depuis son service militaire dans la ville de Dabakala jusqu’à sa vie de journaliste téméraire.

Pour Eugène Kacou « le service militaire est la solution à la délinquance juvénile ».

C’est  là qu’il a appris la discipline, le respect, la rigueur, à telle enseigne que ses compagnons et lui n’avaient pas de temps à consacrer à la drogue, aux boîtes de nuits ou à certains vices de la jeunesse. Pour lui, la recette pourrait marcher de nouveau aujourd’hui.

 

Cheick Yvhane, auteur de « Côte d’Ivoire, on va se réconcilier Pian ! »

Suite à la crise post-électorale qu’a subie la Côte d’Ivoire en 2010, l’auteur utilise ses talents d’écriture au profit de la réconciliation. Dans ce petit “manuel de poche’’, comme le surnomme l’auteur, il parle des différents groupes ethniques, de leurs défauts et des alliances existantes entre les peuples de la Côte d’Ivoire.

« Côte d’Ivoire, on va se réconcilier pian ! », un titre aussi amusant que le livre lui-même, démontre que quelque soit le nombre d’années les ivoiriens finiront un jour à penser plus à la Côte d’Ivoire qu’à leur propre personne.

« Les rumeurs sont les véritables maux d’un peuple » affirme Cheick Yvhane.

Pour lui l’alphabétisation culturelle, à savoir l’apprentissage des différentes cultures ivoiriennes ( les langues maternelles, les différentes alliances entre les peuples, les moeurs) est la clé d’une réconciliation certaine.

 

Venance Konan, auteur de « Si le Noir n’est pas capable de se tenir debout. Laissez-le tomber »

 Dans son œuvre, Venance Konan dénonce le comportement de certains africains qui rejettent toute la faute de leurs problèmes sur les occidentaux. Pour lui les grands défis de l’Afrique seront résolus uniquement par l’Africain. Si un Africain continue de rejeter la faute sur d’autres continents, il faut le laisser.

« L’africain ne doit pas renoncer à sa propre culture pour ne pas être désorienté », a-t-il déclaré pour conclure son propos.

Dindane Ousmane, auteur de « De l’arrière du Décor, une odyssée au cœur de la Télévision ivoirienne »

 

Dindane Ousmane relate ici l’histoire de la télévision nationale ivoirienne dans les années 60 après l’indépendance. Il explique l’importance et la rigueur qu’avait cette structure sous les ordres de feu Ben Soumahoro, ancien directeur général de la Radio Télévision Ivoirienne (RTI).

Un jeune étudiant a souhaité savoir si on pouvait parler de liberté d’expression quand la RTI ne fonctionne qu’avec le régime en place et n’invite pas les partis politiques de l’opposition lors des débats télévisés ?

Le journaliste David Mobio présent dans le public a tenté de répondre à la question :

« La RTI n’appartient à aucun régime ni parti politique, comme les journaux la RTI diffuse toutes les informations nécessaires. Elle prend même l’initiative de créer des débats et envoie des invitations aux partis politiques mais certains déclinent l’invitation ».

La libéralisation de l’espace audiovisuel en Côte d’Ivoire a également fait l’objet d’une question. La RTI est-elle prête à recevoir de la concurrence ?

Ousmane Dindane affirme que « la RTI est prête à recevoir la concurrence, car elle est à jour sur la technologie et à des outils adaptés ».

Tags :

Classés dans :

Cet article a été écrit par Koumba Fatim Yoda

Previous Post Next Post

Comments (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Koumba Fatim Yoda