About Author

SAS

SECHE TES LARMES, TU N’ES PAS MAUDIT (2)

octobre 10, 2013 8:11 Publié par

C’est volontairement que je t’épargne l’histoire de l’esclavage et de la colonisation : ce sont des souvenirs trop douloureux. Il ne faut pas s’y attarder parce que les fils ne sont pas responsables des erreurs de leurs pères. Sache néanmoins que contrairement aux négations de certains, les Africains n’ont pas vendu les leurs, ils ont plutôt résisté. A l’instar de Sarraouina, Dona Béatrice et tant et tant d’autres, ils ont résisté. Ils ont résisté tant pendant l’esclavage, que pendant la colonisation et même bien après.

Je dis bien après parce que tes pères africains ont résisté durant les deux grandes guerres aux côtés des Européens. Souviens-toi que plus de soixante-dix pour cent des forces françaises libres étaient africaines. Tu as sûrement entendu parler des tirailleurs sénégalais. C’est un abus de langage de le dire ainsi tu sais, ils n’étaient pas tous sénégalais, néanmoins c’étaient de valeureux soldats noirs africains qui ont combattu et battu les nazis. Me vient encore en mémoire l’image de notre cher chef Felix Eboué, de même que celle de tant et tant d’autres Noirs : dans l’histoire, lorsqu’il s’agit de combattre l’injustice fiston, les noirs ont toujours été présents, qu’ils soient ou non concernés. C’est cela l’humanisme, le Noir est profondément humaniste.

Après les deux grandes guerres, il nous fallait mener nos combats à nous : ceux des indépendances. Tes pères et tes mères ont été épiques. Ils ont mené ce combat avec brio, Houphouët, Sékou Sanogo, Regie anne Marie, Ouezzin, Ngueye, Coulibaly, Zinsou, Cabral, Machel, Mondlane… ont été magistraux. Depuis, plus de cinquante ans se sont écoulés. Tu es ici, tu es indépendant grâce à eux, et tu vis. Voilà, je m’arrêterai là pour aujourd’hui.

Te voila résumé sommairement et en quelques minutes, ton histoire, une partie très infime de celle-ci en réalité.

–          Les inventions, les inventeurs et les scientifiques oncle ! Tu ne m’en as pas parlé.

Oh oui ! J’oubliais, retiens-le, tous les peuples de la terre ont apporté quelque chose à l’humanité. Tous, tous tu m’entends ? Tu as sûrement entendu parler du Jazz, cette musique enivrante. Le jazz est une invention noire, fiston. Le jazz et bien d’autres musiques dérivant d’elle. La rumba aussi d’ailleurs. Je te ferai plus tard écouter, Billie Holiday, Thelenious Monk, Amstrong. Crois-moi tu n’en sortiras pas idem !

Tu sais, au dix-huitième siècle, Thomas Fuller, un esclave noir de Virginie pourtant sans instruction, était l’un des plus grands arithméticiens du monde. Que pourrais-je encore te citer ? Les noirs ont donné les lettres de noblesse à la littérature de toutes expressions notamment avec Senghor, Césaire et Damas pour la négritude et la qualité de leurs œuvres. L’immense Alexandre Dumas auteur des trois mousquetaires était noir, Alexandre Pouchkine aussi avait des ascendances africaines. Je ne te parle même pas de Béti, Soyinka, Dadié, de Zaourou et Adiaffi, l’un des plus grands stylistes de la littérature postcoloniale d’expression française.

Et puisque les apports scientifiques de tes pères en matière scientifique te hantent tant, souviens-toi toujours de ces quelques noms dont je te ferai ici état. D’abord Lewis Howard Latimer, cet homme né d’une famille d’esclaves africains a révolutionné l’électricité en inventant la lampe électrique et l’ampoule à filament carbone. Rappelle-toi Granville T. Woods, un autodidacte ayant arrêté les études à 10 ans. Il reste l’un des plus grands savants du XXe siècle. Il a inventé entre autres le transmetteur téléphonique, cet appareil rendit les sons émis par les transmetteurs plus clairs et la portée de la communication plus longue. Il y a aussi Otys BOYKIN qui est l’inventeur du simulateur cardiaque. Les femmes ne sont pas en reste, Patricia E Bath inventa en mai 1988 l’opération au laser de la cataracte.

Toi si friand de télé-zapping, tu devras remercier le physicien Georges NICOLO qui est l’inventeur du bloc multicanal. Sans lui, personne ne pourrait recevoir via récepteur plusieurs émissions télévisées. Et pour finir, vu que tu prétends à une carrière d’informaticien ; tu pourras avoir comme archétype, le nigérian Philip EMEAGWALI. Il est celui qui a inventé l’ordinateur de calcul le plus rapide au monde …

Des savants noirs et africains, j’en ai à passer la nuit, cependant je te laisse t’instruire à ce propos. Il te faut toi-même cueillir les fruits de l’arbre du savoir.

Bon, maintenant il faut que je m’endorme. Comme je te l’ai déjà dit, je viens de te conter une infinitésimale partie de l’histoire du Noir et de l’Afrique. Tu devras te cultiver pour en savoir encore plus. Tes ancêtres, tes pères et tes grands pères ont fait ce qu’ils avaient à faire. C’est à toi, et c’est à vous de prendre la relève, de travailler, mais surtout de vous éduquer parce que l’éducation est la clé du futur et de l’avenir, sans elle je n’ose même pas imaginer ce que nous deviendrons. Maintenant va ! Va et sèche tes larmes. Tu n’es ni maudit, ni anhistorique, ni dépourvu de science, ni d’esprit créateur. Tu es une usine de possibilités et de créativité, rien ne t’est impossible.

Va et Sèche tes larmes, fiston, tu n’es pas maudit…

*Pour toi mon jeune ami un jour victime de la sottise humaine. A ceux qui sans en avoir été directement victimes s’interrogent ou souffrent des complexes ici exprimés.

Tags : ,

Classés dans :,

Cet article a été écrit par SAS

Previous Post Next Post

Comments (7)

  • Ayah 11 octobre 2013 à 12 h 58 min

    Ce texte est vraiment beau et profond, il montre le niveau de culture de l’auteur et incite le lecteur a se cultiver aussi. Il est aussi simplement écrit ce qui en facilite la lecture et la compréhension.
    Merci de redonner de la valeur à notre continent.

     Reply
  • Manu Bake 18 octobre 2013 à 15 h 40 min

    Il y a des textes qui méritent qu’on s’y attarde en profondeur. Celui-ci en fait partie.
    Il est sobrement écrit, fluide et agréable à lire. Il met en relief les connaissances encyclopédiques de l’auteur. La forme est simple, et des plus correctes.

    En revanche, sur le fond, il pourrait animer les polémiques les plus enflammées. L’Afrique n’est pas maudite, certes. Les Noirs ne devraient souffrir d’aucun quelconque complexe. Notre continent a aussi enfanté des savants et des grands hommes de sciences qui entretiennent notre fierté.

    Pourquoi vouloir encore prouver, par des démonstrations savantes, ce qui relève de l’évidence?
    Dédouaner les Africains de toute participation active dans l’esclavage, et affirmer aussi que « L’es Africains n’ont pas vendu les leurs, ils ont plutôt résisté » ne relèvent-ils pas du révisionnisme?

    L’histoire est un enseignement complexe.
    Les tragédies contemporaines qui endeuillent notre continent, les guerres fratricides qui ensanglantent nos pays, les misères humaines, et la pauvreté omniprésente. L’Afrique semble souffrir d’un mal pernicieux dont les autres continents sont miraculeusement épargnés.

    Mon bon Sas, ne serait-on pas tenté de céder au pessimisme ambiant ?
    Ne faut-il pas beaucoup plus que les rappels historiques et l’énumération des inventions africaines pour éloigner ces fantômes qui charrient leur ombre maléfique sur notre continent?

     Reply
  • SAS
    SAS 18 octobre 2013 à 18 h 05 min

    Manu très content de lire le critique perspicace que tu es. Cela faisait un bout de temps! J’essaie de répondre à tes remarques ou critiques. Engendrer des polémiques enflammés : ce n’est pas forcement mon but, mais je t’avoue aussi que j’aime que le lecteur soit bousculé quand il lit mes mes modestes textes, c’est peut être pour cela qu’ils ont souvent une connotation provocatrice. C’est un choix qui bien sure risqué, mais… Sur le second point je te rejoins encore une fois avec un bémol, ce qui te parait être une évidence en matière de sciences et de connaissances ne l’est pas forcement pour tous. Je ne voudrais pas forcement critiquer à tout va, mais la grandes majorité des contemporains et des étudiants modernes ignorent tout de l »Afrique et de son histoire mais cela représente à n’en point douter un vaste débat que ce site ne permettrai peut être pas d’épuiser. Concernant mon point de vue et mon affirmation concernant la non participation des Africains à l’esclavage, cela aussi représente un vaste débat aussi. Jette dirai simplement que je vais partie des personnes qui adhèrent à la thèse selon laquelle les Africains seraient responsables ou auraient participé à la traite relève du révisionnisme, pis même du négationnisme. Nous en reparlerons surement sous ‘autres cieux arguments scientifiques à l’appui.. Par contre je ne partage pas ton affirmation dans l’avant dernier paragraphe, cela représente notre notre désaccord de fond, ce qui n’est pas bien grave dans le fond en matière de science et de débat il n’y a pas de vérité mais des vérités je pense. Quant aux questions posées, je serai ravi qu’on en parle sous d’autres cieux si tu le désires bien sure. J’aurai grand plaisir de discuter avec toi , comme c’est le cas pour certaines plumes rencontrées sur cette plate forme… Au plaisir de te relire et dans l’impatience de …. Merci d’avoir lu .

     Reply
    • Manu Bake 20 octobre 2013 à 13 h 31 min

      Mon bon SAS,

      Tu me gratifies de « critique perspicace ». C’est me faire trop d’honneur. Que j’aimerais tant pouvoir le mériter! Je ne suis ni juge ni procureur, seulement un féru de littérature qui aime bien flâner sur cette plateforme.

      De tous tes nombreux textes, celui-ci est le seul que j’ai lu en intégralité. Les autres ma paraissaient trop alambiqués , avec lourde forme et style sophistiqué. Au contraire, celui-ci est plus lisible, et le message qu’il véhicule est clairement observable.

      J’apprécie particulièrement l’intention de tes textes; leurs messages sont forts, et parfois poignants. Ici, tu es le seul véritable auteur d’essais littéraires. Le ton de tes écrits change avec la coloration générale des textes de cette plateforme.

      Merci d’avoir quelques fois élevé le niveau du débat avec tes textes à idées.

      L’Afrique n’est pas maudite, certes. Mais la gêne est palpable au journal du soir. L’actualité quotidienne semble conforter la thèse contraire. En dépit des tragédies que traverse notre continent, il faut vivre avec l’espoir chevillé au cœur.

      Au milieu de ce vaste marasme, l’espoir semble utopique. Mais le pessimisme est mortel.

       Reply
  • SAS
    SAS 18 octobre 2013 à 19 h 29 min

    Merci ayah pour le commentaire.

     Reply
  • Heidi 20 octobre 2013 à 21 h 58 min

    SAS ou l ecrivain engage.
    Bel essai, et quel profondeur dans la simplicite! Un tres beau travail. Un texte afrocentriste qui instruit et questionne.
    Personnellement,je suis ravie de voir les progres de chaque auteur de ce site.
    Jolie rentree litteraire.
    Bonne continuation!

     Reply
  • SAS
    SAS 21 octobre 2013 à 14 h 45 min

    Heidi ton absence m’inquiétait ! Merci pour le compliment, quoi qu’il soit en deçà de la réalité. Mon très cher Manu, je réitère mon propos tu es en mon sens un vrai critique littéraire, la petite méchanceté qui va avec, méchanceté de tous les amoureux et passionnés. Tu me rappelle Eric Naulleau ou encore Entonio Renaldi ( j’espère que les comparaisons ne te froisseront pas). Quant à tes critiques sur mon style, j’y tiens bel et bien compte, et je t’incite à lire mes modeste publications malgré  »leur lourdeur et … »Tu prendras tout ton temps vu leurs lourdeurs. Tu constateras que quand je fais Amoin, j’utilise un langage trivial, quand je narre un prof de philo le langage est alambiqué comme tu dis… Au plaisir de te relire et de se revoir sous d’autres cieux Merci.

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

SAS