About Author

M.C AGNINI

Pardon maman !

juin 1, 2015 9:00 Publié par

fillettePardon maman, pour mon départ soudain. Si je l’avais su, je t’aurais prévenue afin que tu puisses t’y apprêter. Tu sais maman, ici je ne suis pas seule, il y a plusieurs autres filles de mon âge, certaines aussi sont bien plus grandes. J’en connais plusieurs, car nous étions de la même école. Nous faisons désormais partie de la même famille figure toi. Lorsque l’une d’entre nous a très peur, nous essayons tant bien que mal de la rassurer et très souvent ça marche.

Depuis mon arrivée ici, il s’est passé tellement de choses que je ne pourrai pas toutes te les expliquer. J’ai eu tellement peur de ne plus vous revoir, papa et toi. Avec les filles, nous avons constitué des familles et désormais j’ai des sœurs. Je me dis des fois que c’est la vie qui a voulu les choses ainsi afin que nous puissions nous rencontrer. Pour ce qui est des études, rassure-toi j’apprends beaucoup de nouvelles choses. Je me rapproche de Dieu. Plus de temps pour les jeux. Dans les débuts, c’était difficile mais avec le temps, je me suis habituée.

Tu dois te demander dans quel endroit je me trouve actuellement, je l’ignore maman, je sais juste que c’est très très loin de la maison. Jour après jour, nous errons ça et là, de territoire en territoire. Nous accomplissons notre mission céleste qui est de sillonner les terres souillées. Après notre passage, les « soldats de Dieu » se chargent de purifier ces terres. Les purifications font beaucoup de bruits et de fumées. Ne t’en fais pas maman, ce doit être pour interpeler le Bon Dieu afin qu’il sache que nous lui obéissons à la lettre. Tant que je fais sa volonté de Dieu je suis sur la bonne voie, n’est-ce pas maman ? C’est ce que tu m’avais appris tout ce temps, je le comprends mieux aujourd’hui.

De toutes les façons, je n’ai pas vraiment le choix, si je ne me plie pas à leurs exigences, les « soldats de Dieu » me feront subir le même sort qu’ils ont infligé à la petite MEDI. Depuis cette affreuse correction, nous ne l’avons plus revu. Il parait que le diable l’a prise avec lui. Moi, je ne veux pas que le diable m’emporte avec lui alors j’obéis à Dieu. J’imagine que c’est ce que tu m’aurais demandé de faire, obéir.

J’ai découvert beaucoup de héros qui ont fait la volonté suprême de Dieu. Aujourd’hui, c’est à mon tour maman. C’est mon tour de me voir pousser des ailes et monter très haut dans le ciel.  Je passerai au-dessus de la maison pour la voir une dernière fois avant de monter pour toujours vers Dieu. Ici je viendrai vous construire une grande et belle maison. J’avais promis le faire quand je serais grande, je viendrai la construire ici auprès de Dieu et ce sera notre maison pour toujours. J’ai essayé la ceinture hier et je trouve qu’elle me va plutôt bien, malgré le fait qu’elle soit un peu grande. J’ai bien appris maman, tu verras, j’appuierai rapidement sur le petit bouton. Pour m’aider, les « soldats de Dieu » ont dit qu’ils me donneraient une poudre magique pour que je n’ai pas peur. Je serai un ange ce soir, ils me l’ont dit maman, tu t’en rends compte ?

Je remettrai ce bout de papier à ma sœur, en espérant qu’elle te parvienne quand je serai près de Dieu. Veille bien sur mon petit frère. Comme j’aurais aimé le voir naitre.

Pardon pour ces nuits de cauchemars que je t’inflige au passé comme au futur, pour ces nuits blanches à la recherche d’un peu de gris à défaut de tomber sur du blanc, sur de l’espoir.

Il fera bientôt jour maman, il faut donc que je m’apprête pour ma dernière mission.

Tags : ,

Classés dans :,

Cet article a été écrit par M.C AGNINI

Previous Post Next Post

Comments (4)

  • Heidi 10 juin 2015 à 9 h 28 min

    Très intéressante et triste nouvelle!

     Reply
    • M.C AGNINI
      M.C AGNINI 23 juin 2015 à 16 h 09 min

      En effet Heidi. Triste réalité qui passe incognito. Nous sommes en Afrique !

       Reply
  • KABA Kouda 23 juin 2015 à 14 h 15 min

    Wahouuu…. Je ne trouve pas les mots… Juste poignant…

     Reply
    • M.C AGNINI
      M.C AGNINI 23 juin 2015 à 16 h 11 min

      Merci ! Triste réalité dirais-je au risque de me répéter.

       Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

M.C AGNINI