About Author

Brook

MON HOMME (1)

septembre 13, 2012 6:08 Publié par

Mon homme me manquait. Il avait abandonné mon lit depuis plus d’une semaine. C’était dur. Pourtant la veille de cette absence interminable aujourd’hui, il s’était montré amoureux. Il m’avait rejoint dans mes draps au milieu de la nuit pour me tirer d’un sommeil lassant, tant les rêves qui me venaient étaient fades. La violence de sa survenance me ravissait. J’aimais cette façon qu’il avait de me traiter comme sa chose. J’étais à lui. Il était à moi. Et même s’il n’était à mes côtés que ces nuits où son corps voulait le mien, j’étais convaincue que j’étais la seule.

Notre relation était exceptionnelle.

Il me manque. Je suis dans ce traditionnel embouteillage qui lie la commune de Treichville à celle du Plateau et je me fais, dans mon esprit, tordu je l’avoue, le film de nos retrouvailles. Que fera-t-il cette fois-ci? Que voudrais-je qu’il me fasse? Qu’il me baise les pieds avant de me débarasser de tout ce que j’ai sur moi? Je remarquais à peine que mon taxi était sur le pont de gaulle. Le chauffeur me tira de mes pensées en me demandant quelle direction il devait prendre. « Dépose-moi au palais de la culture ».

J’avais besoin de parler à quelqu’un. Ma cousine travaillait dans ce temple de la culture qui accueillait  les évènements les plus grands et les plus beaux. La dernière fois que j’y étais, c’était pour le festival des grillades d’Abidjan. En bordure de lagune Ebrié, il représentait un vrai site touristique. Ella était dans la salle Anoumabo. Elle faisait répéter une troupe théâtrale.

– Est-ce que tu es normale Ama? m’interrogeait celle qui était comme une soeur pour moi.

-Je ne sais pas. Mais quand on y pense bien, c’est la relation idéale!

-Mais tu es impossible toi!

– Ella. Il est fidèle, original, un amant inestimable. Il ne m’impose pas des corvées insupportables comme sa vaisselle ou sa lessive. Il n’a aucune exigence en dehors de m’avoir moi. Il ne veut que moi. Voilà notre relation. Excuse-moi mais je trouve cela parfait.

– Tu délires ma pauvre. Je t’avais conseillée d’aller à l’église.

– Qu’est-ce que l’église a à voir dans cette histoire? Je suis une femme épuisée après des histoires amoureuses décevantes. Je rencontre un homme avec qui je ne m’ennuie pas. Il ne me bat pas comme mon premier mari, ne me trompe pas comme le second, et ne me vole pas comme le dernier homme qui est passé dans mon lit. Il me donne au contraire énormément d’amour.

– Et c’est pour ça que tu es là? Pour me parler du bien que cet être te fait? Je prierai pour toi. J’ai assez parlé.

– Pourquoi tu parles de lui de cette façon. Qu’est ce qui t’effraie? La différence? La nouveauté? Il est ce qu’il est mais il m’aime. Je n’ai pas à l’entretenir et je n’ai pas à le surveiller. Moi je ne peux plus faire confiance à un homme sur cette terre. Avec lui je suis rassurée. Je ne connais que les avantages d’une relation amoureuse. Juge-moi si tu veux. Mais j’ai trouvé mon être, si c’est ainsi que tu veux l’appeler.

J’étais plus que convaincue de mon choix. A quarante ans, j’en étais à ne chercher que mon bonheur, un bonheur sans conditions. J’avais trop subi. Ma cousine dirait ce qu’elle veut, mon homme, je ne l’abandonnerais pas. Il ne pourrait l’accepter d’ailleurs. Je m’enfonce dans un vice peut-être, quelque chose d’incompréhensible sûrement. Mais Ô combien cela me fait du bien. Quitte à se donner toute entière à un homme, autant que celui-ci en fasse de même. Avec lui, c’était la réciprocité. Personne ne donnait plus qu’il n’en recevait.

J’avais quitté Ella. Il était vingt heures. J’habite Cocody. Quand le taxi dépassait la cathédrale saint Paul, je me sentis gênée. Au fond de moi j’avais cette honte que je refoulais. Dieu et ses lois. Mais il y a t-il une prescription claire, régissant mon cas? Je ne trompais personne et personne ne trompait avec moi. Peut-être étais-je possédée. Mais comme j’adorais l’être…

Cité des arts, vingt et une heures, je passe la porte de mon appartement. Je me dirige directement dans ma chambre. Je suis épuisée. Ces embouteillages ont eu raison de moi. Je prends un bain chaud. Mon téléphone sonne. Je sors en courant de la douche, prendre l’appel. C’est Roméo, l’opportuniste. De quoi a t-il encore besoin? Notre histoire avait duré six mois trop longs, où il me demandait constamment de l’argent quand il n’arrivait pas à me voler. Nous étions bons au lit et je m’en contentais tout en espérant le rééduquer. Ne doit-on pas faire des concessions en amour? Et notre rencontre, le début de notre idylle, était tellement atypique, si romantique, que je ne pouvais m’empêcher de m’accrocher à l’idée que c’était le bon. C’est à Monogaga que je l’avais rencontré, dans la région de Sassandra. J’y étais pour mon congé de travail. Je voulais me remettre de mes échecs matrimoniaux. Il y était pour voir sa famille. C’est un Kroumen. Le courant est bien passé et le cadre intensifiait nos sentiments: plage merveilleuse, soleil, ciel bleu. Ah Monogaga, paradis céleste…Mais j’ai pu revenir sur terre. J’ai fini par reprendre ma liberté. Aujourd’hui encore, il en est à tenter de me reconquérir. Mais quand le mythe est brisé…

Je raccroche après cinq minutes de conversation. Je suis propre et rafraîchie. Je me jette dans mon lit. J’espère qu’il viendra…

Des bras m’entourent, me serrent. Des pieds se frottent aux miens. Je sens une respiration chaude dans mon cou. Il est là. Il est venu. Quelle heure il est? Je ne sais pas. Il est nuit, c’est l’essentiel. C’est le moment idéal pour fêter son retour. Je ne le vois pas, je le ressens. C’est encore mieux. Mes sens se décuplent. Quand le soleil se lèvera, il se dissipera avec la nuit. Quand est-ce-que c’est arrivé. Je ne sais même pas comment il est arrivé dans ma vie. A quoi ça sert… A tort ou à raison, je l’aime.

Mon mari de nuit…Suis-je folle?

Tags : , ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Brook

Previous Post Next Post

Comments (15)

  • Skyrocket
    skyrocket 13 septembre 2012 à 21 h 00 min

    Waouh! Une seule chose à dire c’est original.

     Reply
  • Anne Phébée Muriel Eyimin 14 septembre 2012 à 1 h 43 min

    wow tres original

     Reply
  • Mivek DK 14 septembre 2012 à 9 h 47 min

    en tout cas très original et flippant aussi

     Reply
  • Krys Closran 14 septembre 2012 à 19 h 29 min

    Dommage que la photo de départ m’ait mis la puce à l’oreille… Ça aurait été ouf!!!

    Putain, j’adore ta plume…Cette façon totalement décomplexée avec laquelle tu abordes tes personnages…

    Nikel!!! 🙂

     Reply
    • Brook
      Brook 14 septembre 2012 à 23 h 09 min

      Merci! j’avoue que j’appréhendais que même avec le « mari de nuit » à la fin, les lecteurs y voient toujours un amant occasionnel sans percevoir qu’il s’agissait d’un esprit!!

       Reply
  • ETTY 15 septembre 2012 à 11 h 21 min

    J’aime bien la chute (la fin) de ton texte; elle est haletante et aiguise la curiosité. Dans la forme quelques coquilles:
    « excuses-moi »
    « j’ai pu revenu « 

     Reply
    • Brook
      Brook 15 septembre 2012 à 14 h 27 min

      Merci pour la remarque et pour l’appréciation.

       Reply
  • 225nouvelles
    225nouvelles 15 septembre 2012 à 12 h 20 min

    Merci pour vos remarques. Le texte sera corrigé.

     Reply
  • Shannen Rimphrey
    Sanogo sogona raissa (@ShannenRimphrey) 15 septembre 2012 à 19 h 02 min

    très belle plume! j’aime bien, tu nous tiens en haleine jusqu’au bout merci, c’est original!

     Reply
  • Brook
    Brook 16 septembre 2012 à 0 h 05 min

    Merci vraiment.

     Reply
  • Valerie Tredez 18 septembre 2012 à 21 h 38 min

    Il est 22h30 à Paris… J’étais prête à aller me coucher… mais je me suis attardée sur ce site… et j’ai choisi cette 1ère lecture au hasard (ou pas….) Une chose est sûre, je reviendrais ! J’ai le sourire aux lèvres… Merci à l’auteure !

     Reply
    • Brook
      Brook 19 septembre 2012 à 1 h 53 min

      Merci! c’est encourageant. J’aurais aimé écrire et publier d’autres textes dans les jours à venir, mais obligations à l’université obligent, je serai en plein dans la bosse pendant trois semaines. En espérant produire plus tard des textes qui vous plairont, je vous dis bonne nuit! 🙂

       Reply
  • Kaizy 15 octobre 2012 à 18 h 09 min

    Je trouve ça plutôt glauque que ce soit en fait un mari de nuit. J’aime bien l’histoire quand même, c’est… différent. Par contre, c’est assez triste de voir à quelles extrémités les déceptions amoureuses peuvent pousser les gens.

     Reply
    • Brook
      Brook 17 octobre 2012 à 23 h 42 min

      Le dépit…On ne croit plus en l’humain. Mais bon là c’est terrible!lool

       Reply
  • KABA Kouda 5 janvier 2013 à 9 h 40 min

    Wahou, Wahou, Wahou,
    J’arrête parce que je ne veux pas q tu crois que je suis un peu fêlée. Bravo belle plume Je suis restée captivée jusqu’à la fin et je l’ai lu d’un trait comme si on je suivais le personnage. Bravo

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Brook