About Author

Skyrocket

MON HAOUSSA, GRILLEUR DE POISSONS !

octobre 4, 2014 7:55 Publié par

Hier tu m’as demandée si je t’aimais et j’ai répondu « non ». Désolée d’avoir été si brutale dans ma réponse mais je n’aime pas tourner autour du pot. Ta question, permets moi de la reformuler était « est-ce que tu m’aimais ». En fait tu n’as jamais été un as en conjugaison et cela je l’ai remarqué depuis notre première conversation. Alors la vraie question selon moi aurait dû être « est ce que tu m’aimes ? » et j’aurais répondu « Non ». Seulement avec un peu plus de douceur dans la voix et un sourire malicieux…

Te souviens-tu de notre première rencontre ? Il parait que les gens amoureux se souviennent toujours de la première fois qu’ils ont aperçu l’être aimé. Je ne doute pas de ton amour mais tes lacunes en conjugaison n’égalent pas tes trous de mémoire alors je vais tout de même te faire un petit rappel. C’était un soir d’été alors que le soleil achevait sa longue course de la journée…Pause. Tu ne pensais tout de même pas que j’allais être fleur bleue ? Si ? Ah tu devrais me connaître mieux que ça.

Je t’ai aperçu la première fois à la sortie d’un garbadrome. Tu portais un jean délavé et un T-shirt de publicité. Cela faisait une éternité que j’avais vu un T-shirt avec marqué en grand OMO-Multi-action. Quelle ironie ! Tes vêtements semblaient ne pas avoir connu de lessive depuis un bon moment. Tu venais de terminer ton travail et moi j’étais triste de ne pas être arrivée à temps car, il n’y avait plus de poisson thon. En me voyant, mon assiette vide à la main, tu as prononcé cette phrase dont j’aurais pu me passer. «Ma chérie poisson est fini. »

Primo, je n’étais pas ta chérie, nous ne nous connaissions pas. Deuxio, j’avais deux yeux pour me rendre compte, par moi-même, qu’il n’y avait plus de poisson. Je n’avais certainement pas besoin que l’on me rappelle que je n’aurais pas droit à mon garba du vendredi. Comme tu as pu le deviner à ma mine serrée ce jour-là, je ne te portais pas dans mon cœur. Et pourtant deux années plus tard, tout le quartier nous appelait les amoureux du garbadrome.

Chaque soir après mes cours, je venais te tenir compagnie pendant que tu grillais les poissons pour ton grand frère. J’aimais bien discuter avec toi et j’avais découvert en toi des qualités que les autres ne voyaient pas. Ces autres qui ne comprenaient pas que moi Lucia l’intello, je sois amoureuse d’un haoussa grilleur de poisson thon. Ces autres qui de toi, ne voyaient que les tenues délavées. Ces autres qui plusieurs fois, ont dit que tu m’avais envoutée. Ces autres qui seront encore plus surpris demain d’apprendre que nous allons nous marier.

Que ne ferait-on par amour ? Je t’ai aidé à prendre des cours du soir parce que tu voulais toi aussi aller à l’école. Tu étais un élève forcené et c’est grâce à ton acharnement que tu as fini par obtenir le BEPC. Ton amour pour les nouvelles technologies a fait de toi un développeur d’application connu et apprécié par les plus grandes structures du pays. J’ai encore du mal à croire que c’est ta photo à la une du magazine « Plus de Tics, moins de tares » du mois dernier. Tu as su devenir « quelqu’un » comme tu le rêvais. Et je suis fière d’avoir contribué à ton succès d’une manière aussi minime qu’elle soit.

Enfin, si tu me reposais la question et me demandais si je t’aime, je te répondrais sans doute « Non ». Juste parce que c’est avril, et que tu mérites un gros poisson d’avril en souvenir du bon vieux temps.

* Haoussa: Peuple du Sahel que l’on retrouve en Côte d’Ivoire et que l’on assimile la plupart du temps aux vendeurs de garba.

*Garba: Plat populaire ivoirien à base de semoule de manioc et accompagné de morceaux de thon frits.

*Garbadrome: Endroit où l’on vend du garba.

Tags : , , ,

Classés dans :, ,

Cet article a été écrit par Skyrocket

Previous Post Next Post

Comments (3)

  • M.C AGNINI
    M.C AGNINI 6 octobre 2014 à 11 h 09 min

    Embobiné ! Tu m’as bien mené en bateau, même si du simple « grilleur de poisson » au développeur d’application connu et reconnu dans le pays j’ai vu se dessiner un gros piège.
    Il y a à mon avis une erreur qui s’est glissée à ce niveau « Que ne ferait-on par amour ? « , il y a un « PAS » qui manque ; « Que ne ferait-on PAS par amour ?  »
    Récit bien relaté et il y a cette chute qui achève le texte avec panache et effusion de « noooon ». lol

    Merci Skyrocket

     Reply
  • Mireille Silue 13 octobre 2014 à 20 h 49 min

    Merci Agnini, et contente d’avoir reussi a t’embobiner. Je suppose que les administrateurs rectifieront la phrase des que possible 🙂

     Reply
  • Jean Marck Konan 31 octobre 2014 à 18 h 56 min

    Très beau texte, en tout cas j’admire le style plein d’humour, et la manière avec laquelle le lecteur est mené. La chute est tout simplement réussie. Merci à toi car j’ai trouvé du bonheur à te lire.

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Skyrocket