About Author

Josya Kangah

MON CHOIX

décembre 30, 2013 4:24 Publié par
J’ai beaucoup réfléchi au choix que tu m’as demandé de faire. J’ai pesé le pour et le contre de chacune des options qui s’offraient à moi. De toute ma vie, je n’ai jamais fait face à un dilemme aussi cornélien. Cependant, j’ai dû me résoudre, malgré moi, à mettre fin à cette longue attente et à enfin révéler le choix, mon choix. Nous nous sommes rencontrés au détour d’une piste en pleine forêt. Il y avait toi, moi et tous les autres ; mais nous étions dans notre univers et, faisant abstraction de tout, tu me l’as proposé. J’avais déjà entendu parler de toi, de tes « exploits », et même si je clamais haut et fort le contraire, je n’avais pas envie de te rencontrer. On disait tes énigmes difficiles à résoudre comme celles du Père Fouras dans Fort Boyard. Je me disais que même si j’avais toujours réponse à tout, il valait mieux ne pas te rencontrer. Là, je crois que c’est raté. On en rirait presque, si la situation le permettait. Le coup de crosse que je reçus me ramena à la réalité. Je me trouvais face à toi qui me demandais avec ce regard plein de rage, de colère, de cette espèce de je-ne-sais-quoi au nom duquel tu menais ce combat que ni toi, ni moi ne comprenions : –          « J’ai dit : le bras ou le pied ? Dépêche-toi de choisir ; j’ai d’autres personnes à amputer. » Rassemblant ce qui me restait comme courage, je répondis : « Coupe-moi la langue ». Ainsi, me dis-je intérieurement, je pourrai toujours communiquer, même sans cet organe. C’est alors que tu levas la machette parfaitement aiguisée que tu tenais dans la main gauche. Je me rendis compte que j’aurais dû me taire lorsque dans un accès de colère tu me tranchas les quatre membres… … ainsi que la langue…
Tags : , , ,

Classés dans :,

Cet article a été écrit par Josya Kangah

Previous Post Next Post

Comments (14)

  • JOELLE 31 décembre 2013 à 10 h 20 min

    quelle choix! j’ai pensé à l’un de ceux qu’on fait dans la vie je ne m’attendais pas à ce que ce soit un choix de vie ou de mort. j’ai aimé la narration même si c’est super triste comme choix. merci Josya,

     Reply
  • Licka choops 31 décembre 2013 à 11 h 47 min

    Moi j’ai pas compris je ne suis peut être pas concentré mais j’ai pas compris

     Reply
    • Josya Kangah
      Josya Kangah 31 décembre 2013 à 12 h 05 min

      Licka, le message que je voulais transmettre c’est qu’il faut parfois savoir se taire.

       Reply
      • Adje Valdo 3 janvier 2014 à 16 h 33 min

        @josya-kangah , texte bien écrit.
        Par contre, je ne retiens pas comme toi que le message soit <>, mais plutôt tenir tête. Dans ce cas de figure, celle qui sort victorieuse est LA VICTIME, puisqu’elle continuera de communiquer « « Coupe-moi la langue ». Ainsi, me dis-je intérieurement, je pourrai toujours communiquer, même sans cet organe.
        Partant du principe que tous ceux qui rencontrent ce fameux bourreau ont un ou des membres sectionnés, LA VICTIME se dit qu’il pourra tout lui prendre mais pas sa liberté d’expression, même sans sa langue…la communication même difficile continuera.
        Bravo pour ce texte, que j’ai aimé

         Reply
  • M.C AGNINI
    M.C AGNINI 2 janvier 2014 à 10 h 16 min

    Le texte est bien structuré. Il est beau même s’il faut l’avouer cette histoire m’a donné froid dans le dos.
    Toutefois il y a une phrase que je n’ai pas tellement compris : « Ainsi, me dis-je intérieurement, je pourrai toujours communiquer, même sans cet organe ».

     Reply
    • Josya Kangah
      Josya Kangah 2 janvier 2014 à 11 h 41 min

      M.C AGNINI, en demandant au à son bourreau de lui couper la langue, le personnage pense avoir trouvé un moyen d’échapper à la perte de ses membres. Mais il ne le dit pas à haute voix de peur d’énerver celui qui est en face.
      Il est de notoriété publique, selon le texte, que les membres inférieurs et supérieurs soient coupés lorsqu’on rencontre ces combattants, mais pas la langue.

       Reply
      • Tanya Gourenne
        Tanya Gourenne 2 janvier 2014 à 15 h 22 min

        Slt Josya, je pense que cette information manque au texte, l’eventrant ainsi de son contexte alors que ca doit etre de notoriete publique selon le texte comme tu dis. Maintenant que tu le dis, le texte prend tout son sens pour moi.

         Reply
        • Josya Kangah
          Josya Kangah 3 janvier 2014 à 7 h 32 min

          Bonjour Tanya, merci pour ton commentaire. C’est vrai que l’information dont tu parles n’apparaît pas clairement dans le texte mais elle y figure dans « On disait tes énigmes difficiles à résoudre comme celles du Père Fouras dans Fort Boyard ». En écrivant, je me suis dit que la fin devait vous éclairer.

           Reply
      • M.C AGNINI
        M.C AGNINI 7 janvier 2014 à 20 h 31 min

        J’avoues une fois de plus que je suis toujours perplexe. En fait elle lui demande de lui couper la langue ou pas ?

         Reply
        • Josya Kangah
          Josya Kangah 9 janvier 2014 à 7 h 18 min

          M.C.Agnini, elle lui demande de lui couper la langue au lieu des membres.

           Reply
  • Josya Kangah
    Josya KANGAH 3 janvier 2014 à 7 h 09 min

    belle narration, tes écrits sont très bien structurés. lorsque je commence à te lire, j’ai tjrs envie d’aller jusqu’au bout et je ne regrette pas. (en tout cas pas encore. rire) . j’espère juste que tu resteras sur cette merveilleuse ligne droite.

     Reply
    • Josya Kangah
      Josya Kangah 3 janvier 2014 à 7 h 28 min

      Je croyais être la seule Josya Kangah du pays. Apparemment non. lol

       Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Josya Kangah