About Author

Cynthia Ses

Mon apéro livre à la FNAC Cap Sud

avril 13, 2018 12:53 Publié par

Abidjan. Cap Sud. La Fnac. Il est 18h00. La mise en place habituelle a laissé place à de jolies tables bien dressées, avec des assiettes de fromages et des verres de vins. Une ambiance sympathique avec une assemblée hétéroclite faite de journalistes, d’écrivains et d’amoureux du livre. Parmi eux, moi qui ai décidé au dernier moment de me joindre à l’Apéro Livre. Le thème m’intéresse « trouver le temps de lire…et le lieu ». J’aime lire. Mais je suis consciente de le faire de moins en moins, au fur et à mesure que s’accroissent mes responsabilités.

 

En grignotant et sirotant on parle des différentes composantes du thème.

 

D’abord le temps quantitatif. Comment le trouver au milieu des occupations multiples ? Une piste est de mettre à profit les temps d’attente. Banque, hôpital, opérations administratives, il faut utiliser toutes ces activités qui nous imposent d’attendre notre tour pour lire. Les transports en commun également sont un espace idoine pour lire. Quelques réserves ont toutefois été émises en ce qui concerne les Ggakas (minicars de transport urbain). On peut aussi lire en mangeant, ou assis sur « le trône » en faisant la petite ou la grosse commission, pourvu que l’espace soit confortable et qu’il n’y ait pas de file d’attente devant la porte. Les avis sont restés mitigés sur la possibilité de lire pendant l’allaitement. Pour certains il faut se concentrer sur l’enfant et la transmission de l’amour. Pour d’autres l’amour de la lecture peut justement être transmis de cette façon. Ça reste à prouver. Mais c’est quand même une expérience à tenter.

Ensuite, on a parlé du temps qualitatif. La problématique du moment propice. Certains livres tels que ceux traitant de développement personnel demandent des moments où le cerveau est bien disposé et un environnement favorable à la réflexion. Ils ne sont pas adaptés à la fin d’une longue journée de travail. Des livres plus digestes sont recommandés. A chacun de détecter le type de lecture adaptée au moment.

 

Enfin, nous avons parlé de la vitesse de lecture. Plus on lit rapidement plus on lira de livres. Une application ELSA a été conseillée pour apprendre aux enfants à lire rapidement.

 

Bien évidemment, on ne peut réunir des amoureux du livre dans un même espace sans que des digressions ne s’invitent au menu officiel. D’autres sujets ont été abordés comme l’expérience de lecture qui diffère que l’on utilise le format papier, numérique ou même audio.  Puristes et modernes sont restés sur leur position.

 

Peut-on tout lire quand on sait que nos lectures influencent notre inconscient ? C’est là que l’esprit critique intervient heureusement pour faire la part des choses.

 

La lecture doit elle toujours avoir pour objectif la formation, l’instruction ou peut on lire juste pour lire? Ici encore, deux camps s’opposent « férocement ». Conclusion on apprend de tout et on apprend ce qu’on veut. Et puis si on ne veut pas apprendre, l’essentiel c’est de lire.

 

Je retiens de cette soirée où j’ai troqué mon rôle prenant de maman pour renouer avec celui de lectrice passionnée, que lire est une décision. Il faut décider de lire et se donner le temps de le faire.  Idéalement si on ne travaille pas, que l’on a ni enfant ni conjoint on pourra lire 24h/jour. Mais sinon on peut se donner des objectifs en terme de nombre de pages par jour, s’associer à des amis pour se motiver les uns les autres.

Tags :

Classés dans :

Cet article a été écrit par Cynthia Ses

Previous Post Next Post

Comments (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Cynthia Ses