About Author

Sacha Light

LES AVENTURES DE SACHA LIGHT (1)

octobre 3, 2012 10:15 Publié par

Vous avez cette sensation, quand vous parcourez vos albums photos?

Cette petite nostalgie, qui frôle la mélancolie, cette envie de revenir à ce moment où vos yeux respiraient l’innocence et les rêves. Allez chercher ces vieux albums photos d’enfance que seules nos mères pensent à confectionner et à garder jalousement. Vous verrez. Moi j’ai eu une petite larme qui s’est échappée.

Ok , vous rirez en me lisant, mais c’est vrai! On a cette impression de n’avoir pas bien apprécié cet instant de notre vie qui  marquait l’absence de responsabilité et le droit de prendre ses rêves pour des réalités. La fête de mes 5 ans en photos… Je riais de toutes mes petites dents et on pouvait voir sur ce moment figé, que mon coeur était rempli de joie. Je me suis surprise même à avoir envie de revenir à mon style capillaire de l’époque : le bon vieux afro, que ma cousine Adjo arbore encore aujourd’hui.

Sur ma photo d’identité du primaire, je vois la Sacha qui a eu son premier béguin au CE2, pour son voisin de classe et qui ne demandait qu’à jouer avec lui sans se prendre la tête.

Sur cette carte de lycée, je vois une Sacha avec quelques illusions en moins ( dans quelques années il n’en restera sûrement plus), mais aussi avec beaucoup plus d’assurance. Je ne me sens plus bizarre avec du gloss et de l’eye-liner et je n’ai plus cet air intimidé devant l’objectif. Je ne demande plus seulement que de la causerie avec mon béguin, je demande un baiser, des sorties et des confidences…Peut être plus. Mais ça c’est une autre histoire.

Mais il est des choses que je ne voudrais pas revivre. Il paraissait logique qu’on arriverait à ce point. N’est ce pas? Tout n’a pas été toujours beau.

Je ne veux plus revivre les poux, la récitation des cours, la varicelle, la honte du pipi au lit, la chicotte, les blessures de vélo, de chasse au animaux, de « bicici », de bagarres même…et les disputes de mes parents. Mais arrêtons-nous là. L’affaire devient trop intime. Plus j’avance plus je m’enfonce. Il est des histoires de notre enfance qui restent des secrets…

Je n’ai pas envie de fermer la boucle sur cette note. Alors je ferai référence à ces amitiés, ces grandes amitiés, ces fraternités que j’ai vécues et que mes hypocrisies de relation d’aujourd’hui ne pourront jamais égaler. A croire que plus ça grandit, plus ça pourrit. Mais j’arrête, j’arrête. Je dois bien finir.

Je regarde encore ces photos, et je suis en admiration devant le chemin que j’ai fait. Regardons-nous, nos photos ces arrêts sur image de ce que nous étions. Et apprécions ce que nous sommes devenus. Pour certains ce n’est pas très glorieux, permettez-moi de le dire. Pour d’autres il y a de quoi se dire que le temps n’est pas passé pendant qu’il le regardait inerte, refusant de grandir et d’affronter cette vie dont le caractère inestimable ne semble plus faire l’unanimité. Oula! J’arrête! Quelle est cette manie de toujours en arriver à être négative. Faut-il croire que je suis réaliste? Parce que le réaliste aujourd’hui, c’est le négatif. Non j’ai tort. Je délire. Je rigole et je m’embrouille. J’aime ce que j’ai été, ce que je suis, et de m’aimer aujourd’hui me rassure de ce que je m’aimerai. C’est pareil pour vous je l’espère…Ah! Restez en enfant dans l’âme, avec la tête sur les épaules. C’est à mon avis une excellent recette! Vous aurez toujours des rêves, mais vous ne les prendrez pas pour des réalités. Vous ferez tout pour les réaliser.

Tags : , ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Sacha Light

Previous Post Next Post

Comments (6)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Sacha Light