About Author

Guy Erwin

L’AMOUR OU LA GLOIRE (5)

mai 28, 2014 9:04 Publié par

C’était Sophie, le fait de la savoir loin de lui le tourmentait, il ne pouvait pas l’accepter. Ils étaient tellement heureux d’avoir reçu cette nouvelle de l’ambassade lui et Sophie qu’il n’avait même pas pensé aux conséquences que cela aurait sur leur relation. Aussitôt son téléphone se mit à sonner. Il était tellement perturbé par le départ de Sophie qu’il n’entendit rien. C’était Sophie qui l’appelait. Elle venait juste de se rendre compte comme Jean Baptiste des conséquences de ce départ. Elle devait parler avec lui mais il ne répondait pas à son téléphone, elle avait émis plus de dix appels sans réponses. Angoissée, elle ne pouvait attendre pour lui parler. C’était nécessaire et urgent pour elle. Elle décida donc de se rendre chez lui, dans sa chambre où il logeait avec sa femme. Elle était tellement angoissée que cela lui était égal que sa femme soit la ou pas. Elle fonça à vive allure chez Jean Baptiste .

Elle frappa plus d’une fois sans réponse. Il était trop pensif pour entendre . Mais Sophie déterminée insista jusqu’à ce que Jean Baptiste sorte brusquement de ses pensées . – c’est qui ? hurla Jean Baptiste. – … ( aucune réponse )

Il se leva, enfila son peignoir et s’approcha de la porte . – c’est qui ? hurla Jean Baptiste une nouvelle fois. – … ( aucune réponse ) – Valérie, c’est toi ?

Toujours aucune réponse. Jean Baptiste resta devant la porte un bon moment puis ouvrit. Il fut surpris de voir Sophie assise devant la porte noyée dans ses larmes.

– Qu’est ce qu’il y’a Sophie ? demanda Jean Baptiste en entraînant Sophie dans la chambre.

– J’ai essayé de t’appeler plusieurs fois sans réponse. – Désolé , j’étais complètement ailleurs , je n’ai pas entendu sonner, dit Jean Baptiste en se levant pour aller verrouiller la porte d’entrée. – Je voulais te parler , j’ai pas envie de partir sans toi, hurla Sophie en se jetant dans ses bras. – Moi aussi chérie , c’est justement ce qui me tourmentait ces dernières heures. Dis moi pour quand est prévu ton départ. – Ce samedi, répondit Sophie en s’asseyant. – CE SAMEDI , hurla Jean Baptiste. – Oui , qu’est ce qu’il y a ce samedi ? – Ce samedi c’est le 7 août. C’est ce jour que les résultats du concours dont je t’avais parlé seront remis. Tu m’avais promis d’y assister. – J’avais complètement oublié. Mais maintenant ce sera impossible puisque tu viendras avec moi, dit Sophie avec un léger sourire. – ça jamais! Tu veux que je rate ce pourquoi j’ai travaillé durant des mois? N’y penses pas. – C’est comme ça que tu me parles? Je savais que tu serais réticent à ma proposition mais jamais à ce que tu réagisses comme tu viens de le faire. Merci Jean Baptiste. Reste avec ta vieille folle de femme. Pour information l’avion décolle à 9h ce samedi. Au revoir.

Sophie était vraiment en colère et déçue de la réponse de Jean Baptiste. Elle le regarda d’un air triste et furieux à la fois et se dirigea vers la porte quand quelqu’un frappa. Sophie s’arrêta et regarda Jean baptiste. C’était Valérie de retour de sa réunion avec les organisateurs du concours. Elle essayait d’ouvrir mais Jean Baptiste avait verrouillé la porte . – Jean Baptiste , tu es là? hurla Valérie en frappant la porte.

Aucune réponse. Jean baptiste et Sophie ne savaient pas quoi faire et continuaient de se regarder dans les yeux cherchant vaguement une solution. Valérie frappait toujours en hurlant le nom de son époux. Sophie était tellement déçue de Jean Baptiste que cela lui était égal que Valérie apprenne qu’elle était l’amante de son époux. Pour elle, leur relation était déjà morte étant donné le refus de Jean Baptiste de partir avec elle aux États Unis et commencer une nouvelle vie. Elle s’approcha de la porte , l’ouvrit puis bouscula Valérie et pris la route en direction de l’ascenseur sans mot dire. – Qui était-ce jean baptiste ? hurla Valérie. – … – Tu vas me répondre! Qui était cette femme avec qui tu t’es enfermé dans notre chambre! – C’était Sophie , la réceptionniste , répondit Jean Baptiste la tête baissée. – C’est donc avec elle que tu me trompes! – Qui est-ce qui ta raconté ses sottises! – ah oui , tu fais l’étonné! Te rappelles tu qu’il y a deux semaines, je t’avais dit qu’une nuit je t’avais senti loin de moi comme si tu n’avais pas passé la nuit avec moi. – Oui je me rappelle. Quel est le rapport? – Eh bien je t’ai suivi cette nuit parce que tu n’a pas dormi avec moi. Tu étais au dernier étage de l’hôtel avec cette femme qui vient juste de sortir et tu couchais avec elle. Je n’ai rien dit parce que je pensais que ce n’était qu’une aventure passagère. Mais je vois que non. Tu la préfères à moi , tu resteras donc avec elle cette nuit. – Euh…euh… Valérie je peux tout expliquer , dit Jean Baptiste sur le point de pleurer. – Non je veux rien entendre, j’en ai assez entendu ce jour là, va donc la rejoindre , répondit Valérie en mettant son époux à la porte .

(A suivre)

Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par Guy Erwin

Previous Post Next Post

Comments (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Guy Erwin