About Author

Guy Erwin

L’AMOUR OU LA GLOIRE (6)

mai 30, 2014 9:59 Publié par

Jean Baptiste était confus. Il ne savait pas que faire. Il aimait sa femme mais avec Sophie il avait découvert quelque chose de nouveau. Cela faisait maintenant quatre jours qu’il dormait sans Valérie, au dernier étage, dans la chambre qu’il avait pris exprès pour lui et Sophie, pour abriter leur petite aventure remplie d’émotion et de plaisir. Valérie ne l’appelait plus et ne cherchait pas à avoir de ses nouvelles. Elle voulu rentrer à Abidjan, essayer de mettre de l’ordre dans sa tête et dans sa vie, mais elle décida de rester au moins jusqu’à la remise du prix au vainqueur du concours de littérature africain. C’était ce concours qui l’avait conduite à Yamoussoukro. Le concours était prévu pour ce samedi dans la salle de conférence de l’hôtel. L’hôtel était plein de toute sorte de personnes venues des quatre coins du monde pour assister au concours. Jean Baptiste voulu rendre visite à Valérie mais il était trop occupé. Il devait satisfaire tous les journalistes demandant quelques minutes avec lui. Il n’avait même pas de temps pour lui. Quant à Sophie, elle passait tout son temps à remplir les dernières formalités nécessaires à son départ et son logement aux États Unis. Elle non plus n’avait pas de temps pour elle. Le voyage lui prenait tout le temps et elle ne pu pas appeler Jean Baptiste. Même si elle était en colère contre lui , il n’en demeurait pas moins qu’elle l’aimait et voulait passer le reste de ses jours à ses côtés, mais ce dernier était trop aveugle pour le voir .

Le jour du concours arriva enfin. Jean Baptiste était tout excité car il avait attendu ce jour avec impatience. Il se vêtit de son plus beau costume et descendit rejoindre les autres candidats dans le hall. Ils devait tous se rendre à l’aéroport accueillir le Président venu assister au concours. Valérie, elle, s’était déjà rendue dans la salle de conférence ou se tiendra le concours. Il était 7h30, le président suivi des juges du concours et des candidats firent leur entrée dans la salle sous un tonnerre d’applaudissements. Chaque candidat fit un discours en l’honneur du Président et les festivités se poursuivirent . Jean Baptiste était assis juste devant Valérie mais ils ne se dirent mot.

Jean Baptiste pensait à Sophie et la voyait entrain de prendre l’avion. C’était comme si son cœur se séparait en deux , il ne pouvait pas la laisser faire ça car il s’en voudrait toute sa vie. Il était angoissé,  confus et distrait à la fois. C’était pathétique. Il transpirait à grosses gouttes dans une salle équipée de climatiseur pouvant empêcher un feux de s’allumer. Il ne pouvait pas la laisser partir sans lui. Il voulait vivre avec elle, passer le reste de ses jours avec elle.

Valérie sentit que quelque chose n’allait pas avec Jean Baptiste , elle le savait stressé et voulu le réconforter . – ça va ? demanda Valérie en posant sa main sur son épaule.

Jean Baptiste se leva brusquement dans la salle en présence du Président. Il regarda autour de lui. Tous les regards étaient polarisés sur lui mais il s’en moquait. -Monsieur Kougnon , veuillez vous rasseoir s’il vous plaît , dit l’un des juges du concours.

Jean Baptiste ne prêta aucune attention à ce que ce juge lui disait. Il était désormais guidé par son cœur et celui-ci le sommait de rejoindre Sophie. Il regarda Valérie dans les yeux pendant cinq minutes puis se mit à courir à vive allure en direction de la sortie. Il regarda sa montre: il était 8h30. Il pouvait encore rattraper Sophie à l’aéroport . Il se rendit dans sa chambre, pris sa valise et sauta dans un taxi en direction de l’aéroport.

Il se mit à courir dans le hall de l’aéroport à la recherche de Sophie. Il hurlait son nom à en perdre les poumons. Il hurlait tellement fort que les agents de sécurité le mirent en quarantaine. Sophie était assise dans le hall, les écouteurs dans les oreilles , elle n’entendait rien tant le volume était fort. Elle fut interpellée par une femme assise près d’elle. – Regardez cet homme Madame. Que c’est pathétique! dit-elle en riant.

Sophie regarda, se leva, s’approcha et n’en croyait pas ses yeux. C’était Jean Baptiste qui se battait avec les agents de sécurité en hurlant son nom. Elle s’approcha d’avantage et demanda aux agents de le lâcher . – Jean Baptiste , que fais-tu ici ? demanda Sophie surprise. – je…je…ouf…je suis venu te chercher , répondit Jean Baptiste essoufflé. – Pourquoi? Je croyais que tu ne voulais plus de moi. – non Sophie ne dis pas ça , je t’aime et je me rends compte de mon erreur. Je veux bien partir avec toi et vivre une nouvelle vie, c’est toi que j’aime Sophie s’il te plaît pardonne-moi.

Elle fondit en larmes et le prit dans ses bras. Ils se serrèrent très fort pendant de longues minutes puis échangèrent un baiser . – Alors c’est oui , on y va ensemble? demanda Jean Baptiste tout souriant. – Oui chérie , tu sais que je t’aime et que je ne peux rien te refuser, répondit Sophie le sourire aux lèvres.

Sophie et Jean Baptiste s’envolèrent tous deux pour les États Unis et commencèrent un nouvelle vie. Jean Baptiste avait préféré l’amour à la gloire, il avait tout abandonné derrière lui pour vivre avec Sophie l’élue de son cœur .

FIN

Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par Guy Erwin

Previous Post Next Post

Comments (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Guy Erwin