About Author

Yehni Djidji

IVRESSE…

mars 23, 2013 10:05 Publié par

C’était la première fois qu’il voyait un os. L’os d’un homme. Un homme encore vivant. Le choc avait été violent. Les chairs de la jambe et de l’épaule avaient rompu. Les yeux embrumés par les effluves d’alcool, Hervé avait regardé le jeune homme qu’il venait de heurter, étendu dans une flaque de sang qui s’élargissait. Il avait perdu connaissance, mais il était encore vivant. Sa poitrine se soulevait faiblement. Cependant, Hervé ne se rappelait plus où son téléphone avait échoué après sa nuit de beuverie. Il ne se souvenait plus des numéros d’urgence de la police et des pompiers. Puisqu’il savait encore comment conduire, mystère d’ivrognes, il était remonté dans son véhicule en titubant et était parti.

Sandra l’avait quitté. Du jour au lendemain, elle avait disparu. A quelques jours de leur mariage. C’était tellement absurde! Alors, il avait fait la chose la plus absurde qui soit, considérant sa sobriété légendaire: boire. Il avait passé la nuit à mélanger liqueurs fortes et vins en alchimiste amateur. Boire à ne plus pouvoir distinguer sa gauche de sa droite. Boire à n’en plus pouvoir déchiffrer le rictus lugubre de sa douleur. Hervé avait bu sa peine, il avait bu sa haine, ce jeudi noir qui avait emporté l’être qu’il aimait le plus au monde. Il avait bu son impuissance face à la mort tragique de sa fiancée. Et il avait fini par boire la vie de cet innocent. Comme un autre homme ivre mort avait bu celle de Sandra quelques jours plus tôt. Fauchée à un carrefour, dans la fleur de l’âge et le printemps de leur amour. Quelle absurdité!

Hervé la victime coupable,  avait donc continué de boire. Il buvait. Il buvait d’avoir arraché un être aimé à quelqu’un, rendu une personne aussi malheureuse que lui. Il s’enivrait parce qu’il avait ajouté de l’huile à l’engrenage vicieux de la dévastation post mortem de ceux qui ont survécu.

Hervé n’avait plus touché à un volant depuis cet accident. Sa bouteille lui servait de gouvernail. Cette boussole instable qui le faisait tituber maintenait sa souffrance en équilibre. Il buvait sa peine. Il buvait son deuil.

Ce soir encore, Hervé boira ses remords d’avoir peut-être arraché au monde la solution à un problème.

Tags : , , ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Yehni Djidji

Previous Post Next Post

Comments (10)

  • Aboubakar Sidik Koné 23 mars 2013 à 23 h 21 min

    engrenage infernal d’une roue de mort.

     Reply
  • Josya Kangah
    josya kangah 24 mars 2013 à 14 h 24 min

    Touchant…
    Bien écrit.

    Merci Yehni Djidji

     Reply
  • Hanielophir
    Hanielophir 26 mars 2013 à 11 h 57 min

    Texte bien écrit. J’ai particulièrement aimé les phrases suivantes: « Il avait bu son impuissance face à la mort tragique de sa fiancée. Et il avait fini par boire la vie de cet innocent. » et celle là, « Cette boussole instable qui le faisait tituber maintenait sa souffrance en équilibre ». Je retiens qu’en état d’ivresse, on représente un danger pour soi et surtout pour les autres.

     Reply
  • licka choops 27 mars 2013 à 15 h 32 min

    J’ai pas lu le texte mais le commentaire de hanielophir me fait tout comprendre et par cette simple phrase je cap

     Reply
  • KABA Kouda 2 avril 2013 à 9 h 26 min

    Très beau texte, tragique mais si réel.

     Reply
  • Yehni Djidji
    Yehni Djidji 19 avril 2013 à 20 h 49 min

    Merci à vous !

     Reply
  • Heidi 21 avril 2013 à 21 h 28 min

    Je n’ai vraiment pas compris la dernière phrase: « Ce soir encore, Hervé boira ses remords d’avoir peut-être arraché au monde la solution à un problème. » ???

     Reply
    • Tanya Gourenne
      Tanya Gourenne 22 avril 2013 à 10 h 25 min

      Cc Heidi, je pense que chaque homme a en lui un potentiel capable de changer le monde et est donc potentiellement la solution à un problème. Un homme qui meurt , c’est une solution à un problème qui est arrachée au monde.

       Reply
  • Heidi 25 avril 2013 à 1 h 07 min

    Ah ok ! Merci Tanya

     Reply
  • DANIEL KENANIA OUEDRAOGO 2 mai 2013 à 7 h 29 min

    Combien de solutions ont été arrachées du monde????? Oui c’est confirmé, l’ivresse ne resoud pas nos problèmes mais fait disparaître la solution aux problèmes,Belle leçon apprise de Yenhi Aujourd’hui jour de mon
    Anniversaire..Certes, je ne serai ivre car je pourrai peut-être boire mon existence

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Yehni Djidji