About Author

Sadjee

ECRIRE

juin 10, 2013 9:14 Publié par

Soif impérieuse, irraisonnée, jamais désaltérée, à peine trompée, parfois…Ecrire. Capturer ces mots qui vous torturent, qui vous ravissent, les capturer vite, avant qu’ils ne s’échappent. Ecrire. Voir surgir sous ses doigts une histoire dont on ne sait rien, à laquelle on ne comprend rien… Ecrire le bien, prédire le mal, être habité par ces personnes qu’on dit fictives…consentantes de notre voyeurisme. Penser les dominer, puis se laisser posséder par elles. Ecrire. Tenter naïvement de stimuler son imagination. Musique. Silence. Noir. Comprendre, une fois de plus, qu’aucun rendez-vous n’est possible, se résigner à l’attente… puis l’Instant, au détour d’un rêve, d’une rencontre, ou de rien du tout…le clavier devient piano, sur lequel virevoltent les doigts…notes enchantées…désenchantées même parfois, libératrices, toujours. Ecrire. L’imagination en fête…imagination, quel drôle de mot, créativité, quelle prétention ! Ces personnes ne sont pas de simples figurines, ça n’aurait aucun sens…étonnant privilège d’être seul à les voir, à avoir le droit de pénétrer leur monde…douloureux honneur d’être leur messager.

Ecrire. Une évidence. Ecrire. Une frustration. Ecrire. L’envie, puis tout aussi subit, le vide. Ecrire, obsession, écrire, passion, écrire, déraison. Ecrire. Publier? Se montrer ? Se dénuder ? Et si ? S’ils n’aimaient pas ? S’ils méprisaient ? S’ils riaient de nos bourrelets ? Alors, écrire…des histoires mort-nées. Les relire à l’occasion, s’étonner un peu de les avoir créées…Publier ? Mais et si… ? Tristes histoires mort-nées enfouies comme un secret honteux dans nos placards…

Ecrire. Porter des masques, y découvrir son âme. Leur faire faire des choses qu’on ne ferait jamais, prononcer des paroles qu’on ne peut pas, qu’on ne veut pas, qu’on n’ose jamais…Dire. Ecrire. Dénoncer le système ? Peut-être… ou alors écrire, juste comme ça, sans prétexte. Ecrire. Désir de solitude, envie de silence, faire taire le monde autour de soi…Noircir mille pages, en froisser 900, en tolérer 99, en chérir une…Ecrire.

Tags :

Classés dans :

Cet article a été écrit par Sadjee

Previous Post Next Post

Comments (14)

  • Marc-Henri Ettien
    Marc-Henri Ettien 11 juin 2013 à 15 h 20 min

    Répondre. Faire écho à la magie d’une page luminescente. Se tenir dans la marge. De peur de troubler lignes et interlignes d’adresses majuscules. Se dire en italiques cathartiques des mots où dansent les cernes de nuits vertes. Les feuilles ? Oui, le feuillage ? Besoin de la chlorophylle de l’imaginaire. Pour dire l’aveu buissonnier à l’empan de regards sans égards. Répondre. Butiner le nectar de mots épanouis à fleurs de taies insolentes. Y lire mes saisons de passions ajournées. Des fresques d’ivresses naufragées, d’étendards de siècles avortés et de printemps d’osmoses raturées.
    Répondre. Dire le drame de l’âme désolée. Au quai des trains scellés. Une pomme de regret. Comme on l’est de discorde sur la question de la fatalité. Des notes fluées de la caverne de l’histoire. Réminiscence paradoxale d’une histoire qui n’a jamais été la nôtre. Et pourtant répondre. Rejoindre les rangs du devoir. Chausser les bottes du désir…de répondre. Afin d’être encore à soi. Dans le tourbillon d’une page qui vous prend au collet, par un soir d’hivernage. Vous dit sa soif exaltée de parole, son chant ignifuge, sa force d’ivresse, dessus la mêlée de mon humble humanité…
    Répondre.

     Reply
    • Sadjee 11 juin 2013 à 21 h 39 min

      Répondre..et répandre un peu de magie…Merci, Marc-Henri Ettien!

       Reply
  • ANGE DJOKE 11 juin 2013 à 15 h 26 min

    ECRIVONS ALLONS . bien ecrit

     Reply
  • Heidi 11 juin 2013 à 21 h 36 min

    Lire. Découvrir une terre vierge, plonger sans arrière pensée dans un océan fluide ou hermétique. Se laisser porter par des vagues sournoises, bouleversantes, quitter son confort et mettre ses pas dans ceux imaginés, tracés, guidés par un auteur. Auteur insensible à nos vicissitudes, nos réalités, nos négligences, nos embarras…Lire et parcourir avec fébrilité chaque nouvelle ligne, chaque point virgule, chaque mot nouveau. Lire et remettre à plus tard le devoir, les tâches, les obligations. Juste se détacher du réel et n’avoir qu’une hâte, connaitre la suite de l’aventure, tourner la page, descendre la souris, curseur incandescent et main moite et cerveau bouillonnant. Lire et donner le pouvoir absolu, irréversible à des inconnus familiers de nos pensées…Lire et remplir des espaces, colorer des décors, donner vie à une trame, rougir des sentiments, sentir sa chair fondre, se consumer, jouir d’extase, pleurer d’amour, s’émerveiller de l’infini, contempler l’irréel, écouter son pouls, ses sens, sa vie. Lire pour entrer au cœur de l’émotion, là où tout est pur, tout est à faire, à refaire. Lire, une solitude, une intimité, une passion. Lire et s’attacher à un personnage, sympathiser au point de l’aider dans sa quête du moi, du surmoi, du ça, de l’autre, du tout. Corps et âme, ne faire plus qu’un, épouser ses idées, embrasser sa philosophie, défendre son idéal. Offrir un regard, s’attarder sur une phrase, toucher un mot, partir, revenir, relire, visualiser, analyser jusqu’à sentir les gouttes de sueur d’une courte poursuite acharnée au fond du livre. Lire et s’approprier l’histoire, lire et souffler le chaud, le froid, la joie, le rire, la peur, la fureur, la rage… Et voler l’arme, assommer le bourreau, venger la veuve, adopter l’orphelin, craindre le pire, frôler la mort… Ou attendre le dénouement pour maudire ou applaudir l’auteur. Lire avec frissons. Lire jusqu’au point final. Lire pour vivre.

     Reply
    • Sadjee 11 juin 2013 à 22 h 06 min

      Sourire. D’avoir trouvé un sens. Un sens à la fièvre des nuits couleur du jour, un sens à ces pulsions si inopportunes …Sourire. De s’être rêvé écrivain, de se découvrir minuscule pièce d’un puzzle géant. Dire. S’affranchir des barrières, des interdits, des non, des peut-être, de la peur, des autres, de soi…Dire gaiment, dire sombrement, dire tristement, dire douloureusement, dire passionnément, dire laborieusement…dire quand même.

       Reply
  • Sadjee 11 juin 2013 à 22 h 07 min

    Je tombe en admiration, Heidi, tu es un vrai coup de coeur artistique et humain pour moi!

     Reply
    • Marc-Henri Ettien
      Marc-Henri Ettien 11 juin 2013 à 22 h 56 min

      Ouiiii le post de Heidi est magistral. Il respecte à merveille le ton du tien. Vraiment chapeau vous deux !

       Reply
      • Heidi 12 juin 2013 à 23 h 26 min

        C’est tellement réciproque Sadjee!!!
        Marc-Henri Ettien, c’est ta réponse qui m’a inspirée. Il me fallait « répondre ». Merci à vous 🙂

         Reply
  • Tanya Gourenne
    Tanya Gourenne 11 juin 2013 à 23 h 05 min

    J’aime. J’admire. Je respecte de plus belle: Ecrire. Accessible a tous. Mais donne a peu, et non des moindres. Ecrire. Un privilege. Un talent. Un don. Un appel sacre qui force en vous l’humilite devant le pouvoir des mots. Alors Bravo et Merci d’Ecrire Sadjee (et Marc-Henri et Heidi).

     Reply
  • Sadjee 12 juin 2013 à 17 h 27 min

    « Un appel sacre qui force en vous l’humilite devant le pouvoir des mots »…je suis tout à fait d’accord!

     Reply
  • missshineejo 19 juin 2013 à 16 h 57 min

    Merci pour ce texte Sadjee mais aussi merci à Marc-Henri et Heidi pour leurs commentaires. J’ai beaucoup aimé

     Reply
  • Marshall Kissy
    Marshall K. 24 juin 2013 à 22 h 12 min

    Lire. Découvrir des soleils au coeur des mots bleus de Sadjee. Très beau texte !!! Chapeau. je cite: « Porter des masques, y découvrir son âme »

     Reply
  • maurylegran 19 octobre 2013 à 16 h 08 min

    Ici les mots embrassent et s’embrasent l’esprit. Les mots giclent et giflent les sens. Je m’exerce à ouïr des dires plutôt qu’à jouir des ouïre-dire. Les mots étalent leurs pétales et les corolles avec leur corollaire nous invitent au beau. Quand la plume se fait virtuose, quand les mots se juxtaposent, l’esprit accepte ce qu’on lui impose. Merci

     Reply
  • Skyrocket
    Skyrocket 20 octobre 2013 à 7 h 25 min

    J’avais lu ce texte auparavant et quel delice que de le relire a nouveau. J’ai particulierement aime le texte de Heidi en reponse. A vous deux Sadjee et Heidi, vous avez su reunir parfaitement ce que ressent l’auteur et le lecteur. Je me suis retrouvee dans les deux textes, pour faire court j’aime ecrire et lire.

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Sadjee