About Author

Marshall Kissy

DIVINE LETTRE POUR DIVINE

novembre 15, 2013 8:35 Publié par

Divine Divine,

Avant même de te dire quoi que ce soit, permets-moi de rappeler cette date fatidique : 21 avril 2013. Je l’ai dit. Je l’ai mentionné plus tôt : elle nous restera à jamais, comme un éternel pater noster.

Ce jour-là, Tu as levé l’ancre vers l’autre ciel. Tu t’es tarie. Tu es sortie entre quatre planches. Tu as laissé tes houseaux. Tu as payé ton tribut à la nature. Tu as avalé ta chique. Tu t’es tue à tue-tête. Tu…

Envolée.

Voilà !

Je pense avoir (enfin) trouvé le mot juste. J’ai passé des nuits blanches/noires à le chercher.

Envolée.

Tu t’es envolée. Envolée comme un rapace à la quête de sa pitance. Comme ce rapace…

Comment t’écrire mon mélodieux pleur ? As-tu évalué en boisseaux, l’averse de mes yeux atteints de noyade ? Sais-tu l’ampleur de mon désarroi ?

Non ! Tu ne sais rien de tout ça. Non !

Chaque aurore, quand s’éveille mon âme frappée de malaise, je me tais. Je range la plume de mes larmes. Mais il suffit que l’aiguille de ma montre affiche 4… J’en tremble déjà. Mais il suffit que l’aiguille indique 4. Quatre heures. Pour que la fontaine entre en éruption. Mes larmes sont larves. Mes larmes sont…

Silence !

La douleur est là. Indélébile. Ineffaçable. Dieu ! Dieu ! Donne-moi ta gomme ! Ou… prête-la moi rien qu’une minute : il me faut la biffer, la raturer, l’effacer… Pour de bon.

Divine ! Tu m’entends ? Tu m’écoutes ? Ton ouïe se penche-t-elle pour ouïr mes pleurs volcaniques ?

Divine. Dis-moi Divine. Devines-tu la déveine désormais reine au cœur de mes jours écœurés, ajourés ?

Divine. Dis-moi ma Divine. Ma nièce. Ma belle petite nièce. Dis-moi à haute voix.

Serais-tu donc née pour mourir si tôt ? Bon, tu sais, Martin Heidegger, lorsqu’il affirmait que « dès qu’un Homme est né, il est assez vieux pour mourir », il ne parlait pas de toi. Et pourtant, tu as laissé tes grègues…

Je revois la scène comme une saynète obscène. Je revois la scène. Le scénario de ton envol.

Je me souviens que, contrairement aux jours ordinaires, je ne t’avais pas entendu pleurer dans la nuit. Depuis la chambre de ta mère, tes pleurs berçaient mon sommeil. Excepté ce jour-là. Un petit tour au salon. Mes yeux, discrètement derrière les rideaux, épiaient d’étonnants visiteurs à une heure inhabituelle. 4… Quatre heures du matin. J’avais, sans me faire remarquer, constaté la présence de quelques voisins. Leurs bouches marmottaient des « notre père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne… »  J’avais tout compris. Cette maladie rare/bizarre (Je ne la citerai pas. Je ne la citerai. Pas. C’est mon droit. Je ne la citerai point ! Elle en ferait la grosse tête)… Cette pathologie rare t’avait emportée comme le vent ôte aux cases leurs toitures peu solides,  mal faites… Diantre ! Tu t’en étais allée… Par l’allée centrale. Celle des voyageurs qui se perdent. Mais où toi tu ne te perdras pas. Tu es divine, Divine !

Bon !

Je ne sais plus à quoi m’en tenir.

Je ne suis pas ému. Il n’en est rien. Je ne suis pas ému. Je suis déçu par-dessus tout. Tout est bien fini.

Notre histoire d’amour a bel et bien péri corps et biens.

Adieu. Adieu Divine. Adieu ma Divine. Adieu divine nièce. Dors à jamais dans les mains du père.

Je continuerai de te pleurer en chœur avec tous ces cœurs que tu as laissés en mille morceaux. Je continuerai de te pleurer en faisant de cette date « Dimanche 21 avril 2012 », un refrain dans l’ariette de ma vie.

DEVOIR DE MÉMOIRE POUR MA NIÈCE. QUE DIEU L’ACCUEILLE DANS SON ROYAUME CÉLESTE !

Tags : , , ,

Classés dans :, ,

Cet article a été écrit par Marshall Kissy

Previous Post Next Post

Comments (10)

  • Appy 15 novembre 2013 à 9 h 40 min

    Trop d’images, trop de figures de style… Cela a « tué » l’intérêt suscité à la lecture du titre. Je me suis presqu’ ennuyée…
    Sans vouloir être méchante hein…

     Reply
  • kitchin 15 novembre 2013 à 17 h 09 min

    Bravo. Moi j’ai adoré le texte. Le texte respire et est rythmé. Rip pour ta Nièce.

     Reply
  • Licka choops 15 novembre 2013 à 20 h 36 min

    Oui je me souviens de ta nièce. C’est un beau texte très beau. Mais qui manque d’air de simplicité.Et le trop plein de grandiosité voile l’émotion en elle même. Si mon souvenir est bon Divine c’était encore un bébé, alors moi j’aurai aimé que tu lui parle avec des mots plus simples plus communicateurs. Mais c’est un beau texte je ne peux le nier , et chacun exprime son mal avec ses mots donc on peut comprendre.

     Reply
  • Marshall Kissy
    Marshall K. 15 novembre 2013 à 20 h 56 min

    APPY ! Bien sûr que NON ! Ce n’est pas une question de méchanceté. C’est cela le débat d’idée ! Et j’en suis heureux au contraire.
    J’ai eu à publier certaines nouvelles sur 225nouvelles où l’on m’a reproché un style lourd, rébarbatif à la limite. Lorsque je me suis relu, j’ai vu que tous ceux qui avaient fait cette remarque avaient pleinement raison. Et j’ai revu cet aspect-là. Je leur dis encore une fois merci. Mais…
    Pour ce présent texte… Trop de figures de style ? Je ne partage pas cet avis, Appy & Licka Choop’s ! Et puis, lorsqu’on dit son émotion, ses sentiments par rapport à un fait maussade comme celui-là, on l’exprime avec les mots. tel qu’ils nous montent au coeur… aux doigts…
    Dans tous les cas, le débat. Il est lancé !
    Merci Kitchin 🙂

     Reply
  • Licka choops 15 novembre 2013 à 22 h 42 min

    mdr Cédric « Et puis, lorsqu’on dit son émotion, ses sentiments par rapport à un fait maussade comme celui-là, on l’exprime avec les mots. tel qu’ils nous montent au coeur… aux doigts… »
    là tu me répète ! je n’ai rien contre ton texte ! et je ne t’ai pas parlé de figure de style moi! je te dit que pour moi c’est un autre langage qui peut traduire ce genre d’émotion et je le répète chacun exprime son mal avec ses mots! je suis une fille en mal être permanent alors je sais de quoi je parle. Tu n’as même pas remarqué toutes les choses bien que j’ai dit de ton texte, tu m’a au contraire prêté des mots qui ne sont pas miens et j’aime clarifier les choses;

     Reply
  • Marshall Kissy
    Marshall K. 16 novembre 2013 à 6 h 08 min

    Oui oui ! Licka. C’est plutôt Appy qui a évoqué la question des figures de style. De ce fait, tu as amplement raison. Mais dans un même temps, je te cite :
     » Mais qui manque d’air de simplicité.Et le trop plein de grandiosité voile l’émotion en elle même. »
    Je puis me tromper. Mais, je crois, ça y ressemble un peu quand même… Puisqu’en définitive, c’est un certain « pompeux extravagant » qui lui est reproché à mon texte !
    MERCI pour le débat ! J’aime !
    Débattre ce n’est pas être des ennemis. Au contraire. C’est la science, les lettres, le savoir qui l’emporte… :-8

     Reply
  • Licka choops 16 novembre 2013 à 7 h 59 min

    Lol Cédric ce que j’ai dit est vrai! moi je suis la catégorie qui déteste lire, mais je fais des efforts depuis que j’écris sur 225. Et la jeunesse d’aujourd’hui n’a pas le temps de lire des textes de ce genre! si c’était avant je ne l’aurais pas achevé ton texte. Et stp reconnait que tu es dans ton élément avec ce texte ! et toi Cedric dans ton élément tout est grand ! je ne te le reproche pas ce style est iné en toi! c’est ta marque de fabrique. Tu ne peux pas trouver lourd un texte qui te ressemble! c’est tout a fait normal. Mais comme je te le disais c’est un beau texte je ne peux pas dire le contraire, et si tu dit qu’il est simple, alors je réplique que j’aime les choses encores plus simples.

     Reply
  • M.C AGNINI
    M.C AGNINI 18 novembre 2013 à 12 h 00 min

    Je répéterai tes propres termes « c’est un texte coloré de poéticité » . Tout ce que je retiens c’est que ce texte traduit de fort belle manière les sentiments de l’auteur. Pour ce qui est de son manque de simplicité, sa lourdeur et tout ce qu’on pourrait ajouter, je dirais tout simplement que tout est fonction du lectorat visé. Merci Marshall K.

     Reply
  • Etty 18 novembre 2013 à 12 h 17 min

    Le texte est vraiment beau… bien que le sujet soit grave. Et s’il n’ennuie pas c’est parce qu’il est parsemé d’un florilège d’images. Bien que s’adressant à un bébé, le texte est destiné au public…l’auteur est poète. Dans un texte dramatique ou de prose, il ne peut se renier. Le style, c’est l’homme ». Le recours aux figures de style aide à atténuer la douleur. Sans poésie, la vie serait un enfer. Moi j’aime!

     Reply
  • Skyrocket
    Skyrocket 18 novembre 2013 à 17 h 12 min

    Je suis etonnee d’aimer ce texte. En general je m’ennuie a lire des textes « remplis de grands mots » mais celui la je l’ai devore. J’ai l’impression que les histoires reelles sont les plus belles a l’ecrit. En tout cas que son ame repose en paix.

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Marshall Kissy