About Author

HOPE

CRASH

octobre 1, 2013 7:56 Publié par

Je venais de rompre avec Salif ce jeune musulman déjà militant de la polygamie. Et cela, même dans le copinage ! J’avais mal. J’avais plusieurs fois surpris ses conversations au téléphone avec des filles. Je lisais aussi, régulièrement, ses messages d’amour à d’autres. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand il m’a dit un soir, accablé par mes interrogations :<<Ma petite, laisse-moi causer tu n’es pas ma seule femme>>

Apres plusieurs jours de dépression sans réaction particulière de sa part, c’était décidé ! Plus de Salif. D’ailleurs moi je suis chrétienne. Je me rendais enfin compte que je ne voulais pas vivre le reste de mes jours avec ce goujat de première. Et je ne me voyais pas devenir musulmane, pour garder quelqu’un comme lui.

Je décidai de quitter sa maison pour me prendre un appart dans un immeuble où, je rencontrai Yoan. Hum Yoan! Grand, beau, musclé, toujours souriant. Yoan me faisait oublier mes problèmes, quand tout sourire, il sonnait et demandait :<<Voisine ça va ? Besoin de quelque chose ?>> Je n’hésitais pas à apporter de bons plats cuisinés par mes soins à mon voisin chéri. J’espérais même secrètement qu’il me drague, jusqu’à ce que je me rende compte que celle qu’il m’avait présentée comme sa sœur, était en fait sa fiancée, enceinte de leur premier bébé. Eh les hommes ! Dire qu’il m’invitait souvent à regarder des films l’aprèm chez lui ! Et si…

Bref, un soir, je ne pu m’empêcher d’entendre des rires masculins venir de chez Yoan. Je remarquai la présence de Jean marc. Je l’avais déjà vu à l’église celui-là. Il avait toujours un air suffisant dans ses costumes-cravates et il ne saluait jamais les gens !

Je sortis au balcon commun pour « m’affairer ». Les deux jeunes discutaient, chacun une canette de bière en main. Ils profitaient de l’air frais. On échangea rapidement un bonsoir. Je fis semblant de descendre chercher quelque chose puis je fermai ma porte. J’avais bien mon idée derrière la tête.

En fait, j’aimais jouer les séductrices jusqu’à ce que ma cible me fasse la cour. Ce fut très facile pour Jean Marc, il aimait attirer l’attention… Eh bien moi je l’ignorais royalement ! Je saluai gentiment mon voisin et pour Jean Marc ? Un bonsoir plat.

Un soir alors que je m’ennuyais, je remarquai un SMS venant d’un numéro inconnu.

C’était… Jean Marc ! L’opération « tape à l’ œil » avait réussi!

Jean Marc, c’était l’ambassadeur de l’élégance sur la paroisse. Toutes les filles l’admiraient. Nous avions commencé à faire connaissance par SMS. Je finis par cerner le personnage. Simple au fond, il revêtait cette image de mec hautain, afin de se rendre inaccessible. Il avait peur d’être blessé, comme ce fut le cas par le passé. Son ex était partie avec un copain de lycée et il en avait beaucoup souffert. J’étais fascinée par cette sensibilité en lui que je n’aurais pas pu soupçonner.

Tout de suite, le courant est passé entre nous. Puis les choses sont allées très vites. Le souvenir de Salif était déjà loin.   J-M m’avait donné le double de la clé de son studio. J’y allai en son absence. Je rangeais, je faisais la cuisine et je l’attendais toute fraîche. On passait des soirées très chaudes dans ce petit studio. Ah Jean Marc ! Il savait me faire crier le nom de mes aïeuls. Mais c’était notre petit secret… Moi-même, je ne voulais pas qu’on le sache, car ma rupture avec Salif était trop récente. Mais bientôt nous ne pouvions plus nous cacher. On était partout ensemble. Je lui donnais ma voiture pour faire ses courses ou aller au boulot. Mon bonheur était parfait. Il était attentionné et je n’avais rien trouvé à lui reprocher concernant sa fidélité.

Seulement cinq mois après notre rencontre je tombai enceinte. C’était déjà trop tard pour prendre la pilule… Lui aussi aimait trop ça ! Les préservatifs, il ne voulait jamais en mettre ! Moi je n’insistais pas… C’était tellement meilleur sans…

En tout cas la question de la paternité de mon enfant ne s’est jamais posée. Il savait qu’il était le père mais n’était pas prêt à avoir un enfant hors mariage. Il n’avait pas encore d’emploi définitif. Il ne voulait pas me contraindre à vivre dans la précarité. Nous avions convenu, ou je dirai, il a réussi à me convaincre de ne pas garder l’enfant. Je l’aimais… Je me suis faite avorter.

Après cela les choses n’étaient plus pareilles, j’avais mal pendant les rapports. Je pensais à mon enfant, j’étais déprimée. Mais il savait me réconforter. <<Sois forte bébé. Demain nous aurons d’autres enfants… Cet enfant n’aurait pas bénéficié de beaucoup de choses. Bébé soit patiente, s’il te plait reste calme…>>

Ses mots étaient comme un cachet d’aspirine pour moi… Notre relation a fini par survivre à cette tragédie… Nous avions décidé d’aller nous installer en Europe. D’abord chez des personnes différentes, et ensuite, ensemble comme un vrai couple. Il me disait que c’était là-bas notre destinée. Que nos enfants allaient obtenir cette nationalité qui allait leur permettre d’avoir beaucoup de privilèges. Que nous pourrions nous y marier et vivre pleinement nos rêves.

Nous avions convenu chacun de rester chez des amis, le temps de réunir un peu d’argent, afin de prendre un appart ensemble une fois là-bas. J’ai eu le visa la première. Notre projet prenait forme. Je devais partir et il me rejoindrait une semaine après, si tout allait bien. Je libérai mon appart qui était désert depuis belle lurette pour m’installer chez Jean Marc et je vendis la voiture. J’ai aussi démissionné de mon petit job d’assistante de Direction. Il restait seulement un mois avant que je parte pour l’Europe. Tout était prêt, mon billet, l’argent de poche… Mon chéri semblait très excité ! Du moins autant que moi ! Les derniers instants étaient merveilleux. C’est vrai qu’il ne me touchait plus régulièrement depuis le curetage mais il était toujours aussi disponible et attentif.

Le jour de mon départ arriva. Lui aussi avait entre-temps obtenu son visa. L’ambiance était plutôt normale, vu qu’on allait se retrouver bientôt. Je n’étais pas du tout anxieuse.

Je l’enlaçai, je voulais l’embrasser avant de m’en aller. Il se dégagea et me lança doucement :<<Appelle moi à ton arrivée mon amour… >>

-Oh mon amour tu es trop pudique ! Je t’appelle c’est promis.

Je me précipitai à l’intérieur de l’aéroport, j’étais en retard pour l’enregistrement.

Depuis mon arrivée, j’appelais J-M chaque jour. Mais je remarquais que mon bébé ne m’appelait pas, lui. Cela m’interpellait vu qu’au pays on communiquait tout le temps ensemble. Il me disait qu’il était pris par les dernières courses, il devait libérer la maison… Mettre de l’ordre dans ses affaires. Je comprenais… Ça devait être le bazar là-bas. C’est pour ça qu’il ne trouvait pas le temps de m’appeler, le décalage horaire et tout…

Apres deux semaines, il n’était toujours pas là. Il cherchait encore sûrement un peu d’argent pour notre aménagement…

Un mois… Son numéro ne passait plus… Ouf mon bébé est enfin là… Ou peut-être dans l’avion… Mais pourquoi ne m’a-t-il rien dit ? Oh ! Il veut me faire la surprise… Il est tellement romantique…

Un mois et une semaine exactement après mon arrivée, mon téléphone sonne, <<Salut ça va ? Tu sais qui c’est non ?>>

-Eh bébé pourquoi tu ne m’as pas appelée ? Même si tu voulais me faire la surprise… Je me suis inquiétée ! Je meure d’envie de te voir ! Comment était ton voyage ? Comment vas-tu ?

<<Tu m’excuses… Je n’avais pas de numéro pour te joindre… Tu sais Laura, je réalise que je t’ai fait beaucoup de mal. Je t’ai fait avorter notre enfant. Tu as beaucoup pleuré… Tu ne te nourrissais plus. Tu as perdu 10Kg à cause de moi. Et depuis, tu n’es plus la même. Tu ne t’en rends peut être pas compte mais je te fait plus de mal que de bien. Je suis nocif, cette relation est nocive pour toi. Tu me donnes tout ton petit salaire de secrétaire. C’est grâce à toi si aujourd’hui je suis en Europe. C’est toi qui m’as trouvé les tuteurs chez qui je dors actuellement. C’est toi qui as payé mes arriérés de loyer. Et toi-même, tu ne t’entretiens plus, à cause de moi. Tout le monde te pointe du doigt tout ça, à cause de moi. Je sais que tu m’aimes. Mais si moi aussi je t’aime, c’est le moment pour moi de me retirer de ta vie. Je voudrais que tu redeviennes, cette femme indépendante que j’ai rencontrée. Que tu te trouves un homme, un vrai, qui sera capable de prendre véritablement soins de toi. Moi, je suis un moins que rien, un pauvre. Je ne suis pas bon pour toi. Je ne savais pas comment te le dire. Je ne savais pas comment me défaire de toi. La vérité est que c’est aussi difficile pour moi. Et je profite de la distance pour te l’annoncer. Saisis cette opportunité pour te refaire une vie ma chérie. Je t’aime, mais je ne veux plus sucer ton sang. Crois-moi, les « relations vampires » finissent en tragédies. Je ne veux pas que demain tu me tiennes pour responsable si tu n’as pas la vie dont tu as toujours rêvé. Je ne veux pas que cette relation finisse en tragédie. Tu as remarqué que je ne te touchais plus… C’est parce que je ne veux plus te donner de grossesses. Bébé, tu sais que je ne peux te résister sur ce plan non ? Tu imagines combien d’efforts j’ai consenti pour me retenir tous ces mois. Oublie-moi s’il te plait. Je t’appelle d’une cabine téléphonique. Tu ne pourras plus me contacter.  Tu n’entendras plus parler de moi. Ça va aller. Tu es forte ma grande. Tu es en Europe. En tout cas, bats-toi. Je t’aime. Adieu. >>

Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par HOPE

Previous Post Next Post

Comments (10)

  • SAS
    SAS 1 octobre 2013 à 11 h 00 min

    Tic Tac, Tic Tac… J’aime bien ce texte, Peut être encore plus parce que ces personnages font naître en moi des sentiments vraiment complexes. Comment les juger/le juger? Blâmer ou pas blâmer l’homme? Est-il sincère ou pas? Quand bien même le serait-il est ce suffisant? Son attitude ne confirme t-il pas l’éternel  »les hommes sont mauvais deh » tant ressasser par les filles/femmes…J’apprécie en tous cas l’enchaînement des situations dans lesquelles l’auteur place ces personnages. Merci

     Reply
  • Skyrocket
    Skyrocket 1 octobre 2013 à 12 h 44 min

    Hope tu ne lui as laisse aucun espoir, aucun repit. J’ai aime la simplicite du texte, l’histoire se laisse lire.

    Petite remarque je trouve que tu devrais faire attention a la ponctuation au niveau du premier paragraphe. « Je lisais aussi, régulièrement, ses messages d’amour à d’autres. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand il m’a dit un soir, accablé par mes interrogations :<> »
    Ce n’est pas toujours interessant de commencer une phrase par un mais, enfin selon moi.

     Reply
  • HOPE
    HOPE 1 octobre 2013 à 15 h 22 min

    Je suivrai ton conseil. Merci…

     Reply
  • Licka choops 3 octobre 2013 à 8 h 53 min

    J’aime la manière dont c’est raconté. L’histoire est classique mais tout est dans le fond que tu lui donne bravo et merci

     Reply
    • HOPE
      HOPE 5 octobre 2013 à 12 h 24 min

      merci Licka, des critiques dans le sens negatif peut etre?

       Reply
  • Licka choops 5 octobre 2013 à 15 h 59 min

    lol non pas moi. Ici il y’a toutes sortes de critiques. Y’a ceux qui s’attachent à la forme et les autres le fond! moi je ne regarde que le fond et tkt pas quand j’ai des choses à dire sur le fond je le dit là c’est bon.

     Reply
  • missshineejo 8 octobre 2013 à 20 h 15 min

    J’ai aimé ton histoire et même si je m’attendais à ce qu’il lui fasse un sale coup, je ne m’attendais pas à cette tirade de la part de JM ce qui fait qu’on se demande comme SAS l’a dit s’il faut le blâmer

     Reply
  • M.C AGNINI
    M.C AGNINI 10 octobre 2013 à 13 h 30 min

    L’histoire transporte le lecteur dans un univers que l’auteur semble parfaitement maîtriser. On le lit d’un trait.. la trame est bien tenue. Cependant, eh oui il y a toujours un cependant :
     »C’était déjà trop tard pour prendre la pilule » et plus loin  »Je l’aimais… Je me suis faite avorter. » . Je soupçonne un contraste, ou peut être que je perçois mal le message. Merci HOPE !

     Reply
  • HOPE 10 octobre 2013 à 22 h 18 min

    Merci pour ton commentaire M.C AGNINI

     Reply
  • Wonseu
    Wonseu 16 octobre 2013 à 15 h 31 min

    L’histoire est belle ! Je m’attendais a ce qu’il la trahisse mais , il prefere souffrir pour la rendre heureuse . Est-il sincère ? On ne le saura jamais !

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

HOPE