About Author

Shannen Rimphrey

Broken

mai 30, 2016 9:34 Publié par

broken

Le regard vide porté sur la trace rougeoyante de ses lèvres sur le cristal à whisky, la main pendante et le corps affaissé sur le fauteuil en piteux état, Doris regardait le corps inerte de Brice. Dans le coin recroquevillé pataugeant dans son visqueux et rougeâtre liquide vital, Brice semblait moins agressif et moins imposant. Doris soupira lentement et se leva, essuya ses mains poisseuses sur son vêtement et jeta un dernier coup d’œil à son « mari » avant de sortir de la chambre.

                                                                                                                                         ***** -Brice je t’en supplie si tu ne le fais pas pour moi considère que c’est un don, une grâce que tu m’accordes. -ne me touche pas! -Brice… -ne prononce pas mon nom de ta bouche de perfide femme! -je t’en supplie…

D’un coup de pied brutal, il la projeta de l’autre côté de la chambre et sortit violemment en fulminant. Doris sentit sur ses joues couler les larmes de rage, de déception, de douleurs… Doris aimait Brice, mais Brice…

                                                                                                                                          ***** -Tu sais doris, tu devrait adopter! Ce n’est sûrement pas la mer à boire quand même! Doris regarda sa meilleure amie d’un regard vide et soupira. -Ce ne sera pas pareil. Je veux sentir notre enfant grandir en moi et rejeter mon corps dans ses limites, le tendre jusqu’à la rupture et en être imprégné de joie, d’amour et de vie. -Même s’il ne t’aime pas? -Même s’il ne m’aimes pas. J’aimerais cet enfant pour nous deux! -Il te tuera sûrement et le tuera avec toi, tu le sais bien! -Ecoute, je veux un enfant de mon mari. C’est tout! -As-tu pensé à la fécondation in vitro? -Comment réaliser cette fécondation si il ne veut même plus me toucher pour dire avoir un coït! Commet veux-tu que je récolte son sperme? Ne te rappelles tu pas de ma dernière tentative? -…

Doris détourna le regard du visage peinée de son amie. Elle n’avait que faire de sa pitié. Elle aimait son mari et l’avait toujours aimé. Il avait été son premier homme et l’unique. Elle avait tout fait pour lui, pour qu’il l’aime et pour qu’il l’épouse. Mais avec le temps, le véritable visage de Brice avait peu à peu laissé passer l’agneau par le loup. Mais elle l’aimait et ne voulait que lui. Aujourd’hui, à 48 ans, Doris se voyait rappeler par son horloge biologique. Elle voulait un enfant mais un enfant de son mari rien d’autre. Elle avait pensé à toutes les éventualités mais elle ne voulait en envisager réellement aucune.

                                                                                                                                                        ***** -Madame vous avez de la visite! -C’est qui? -Une dame. Elle dit que c’est important et elle parait un peu inquiète.

Doris réfléchit rapidement et avec un soupir las de la fatigue de ce début de journée, elle autorisa sa secrétaire à laisser la jeune arrivante.

-Je suis Inès! dit simplement la jeune fille en prenant ses aises dans le bureau de Doris. Elle lui jeta au passage une pile de photo exprimant clairement et nettement la situation.

Doris les saisit et en les regardant une à une elle ne put s’empêcher de réprimer un frisson tragique le long de sa nuque. Son visage se figea sur ce qui semblait être une photo de famille. Des jumelles, un petit garçon un père, une mère, l’amour… Le visage de Doris se durcit lorsque d’une voix qui se voulait sans appel son invitée lui intima de laisser Brice tranquille.

Mais déjà, Doris n’écoutait plus. Elle se leva lentement et se dirigea vers la porte de son bureau qu’elle referma à double tour en laissant sa tempe battre aux pulsions du tic qu’elle ne soupçonnait avoir jusque là.

                                                                                                                                          ***** -Tu ‘as pas osé! tonna Brice avec un regard meurtrier en se dressant de tout son séant. Ses yeux injectés de sang semblait laissé parcourir dans la pièce des éclairs, prémices d’une tempête. Doris essayait de garder un calme qui l’avait quittée depuis l’instant où le regard de Brice s’était posé sur le test de grossesse qu’elle tenait à la main. Elle était enceinte. Enfin! Elle espérait qu’il en soit content. Pour eux, ou même pour elle… -Brice… -Avec qui m’as tu trompée salope? -Mais…je ne t’ai pas trompé! souffla-t-elle toute timide. Comme s’il venait de sortir une abomination.

Elle lui expliqua donc leur soirée qu’elle considérait inoubliable. El était ce jour là rentré déjà éméché d’ailleurs. Il avait mangé son repas, l’avait gavé d’anecdote sur sa journée et ils avaient pris un repas ensemble en se remémorant des histoires de leur passé. Puis, il s’était laissé faire lorsqu’elle s’était rapprochée de lui. Elle avait profité de l’occasion pour satisfaire son besoin et le résultat était là. Elle ne l’avait pas planifié. C’était loi du sperme qu’elle avait soutiré à la prostituée qu’elle avait payée pour coucher avec son mari et lui filer la capote encore pleine de sa semence. -Tu… tu m »as droguée! hurla-t-il alors hors de lui!

Il se jeta sur elle et la roua de coups. Elle perdit connaissance. Et bien plus encore…

                                                                                                                        ***** Doris s’assit dans le divan, alluma la télé comme pour suivre la télénovelas qui semblait faire écho d’un plaisir bienheureux de vie insouciante. Le regard posé sur le visage apeuré de l’autre côté de la pièce. De sa main elle frôla brusquement le briquet et aspira une bonne bouffée de sa craven. Relâchant lentement le filet de fumée, elle saisit le 9mm et de l’autre main lança le 180. D’une voix froide et sans émotion, Doris indiqua: -Je viens signaler un triple homicide à l’immeuble Roccos Faya Abatta 3ème carrefour à droite au 2e étage porte 6A. Faites vite il y a beaucoup de sang.

Elle laissa juste le temps à l’opératrice d’entendre le bruit de la détonation et du combiné qui s’écroulait sur la moquette.

Tags : , , ,

Classés dans :, ,

Cet article a été écrit par Shannen Rimphrey

Previous Post Next Post

Comments (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Shannen Rimphrey