About Author

Krys Closran

BOB ET LES ENFANTS SAGES (CONTE CRUEL)

décembre 18, 2012 4:52 Publié par
                    Cette singulière histoire n’est pas la mienne. Ses mots m’appartiennent peut-être. Mais sa cruauté me vient d’un certain Polman. « A Koumassi Prodomo, on l’appelle Bob. C’est un idiot. Pour être gentil, on dit simple d’esprit. Mais pour faire vite, c’est un  idiot. Il erre dans le quartier. Dodelinant comme s’il n’appartient pas à cette planète. Comme s’il vient d’ailleurs ou peut être de nulle part. D’une planète d’idiots que personne n’aimerait connaître. D’ailleurs, rien en lui n’invite à la découvrir ; ni sa bave, ni ses crottes de nez, ni ses poux, ni son haleine fétide, ni la crasse recouvrant son corps. Rien. Bob, c’est un garçon nauséabond et nauséeux. Un gosse obèse et monstrueux. Plus personne dans ce quartier ne fait attention à lui. Comme un tas d’ordure au coin de la maison qui ne dérange plus à force de promiscuité. Telle une mauvaise habitude à l’égale d’un rot ou d’un pet. Mais parmi les choses qui le rendent si naturellement détestable, il y en a une à Koumassi Prodomo qui fait l’unanimité. Son regard qui se dérobe, telle une boursouflure lépreuse. Ses deux orbites vicieuses et viciées toujours dirigées vers le sol, rampant telles deux limaces infamantes, fuyantes, scélérates… Ce regard que nul n’a vraiment croisé… Bob est un idiot. Et tous les autres enfants du quartier lui réservent un sort d’idiot. Ils l’insultent, rient à sa face boutonneuse, lui accordent soigneusement tous les noms d’animaux dégoutants et lui lancent des pierres quand il est assis devant son logis. Bob, pourtant, ne réagit jamais. C’est un idiot. Il vient d’ailleurs ou peut être de nulle part. De sa planète d’idiots. Il marche comme un manchot sur une plage chaude, belle et cruelle… Une cruauté qui aura raison de lui, lui, l’attardé mental… Alex est un enfant sage. Il a de grands yeux clairs. De grands yeux clairs d’enfant sage. Il est issu d’une famille bien et chrétienne. Une famille bien sous toutes les coutures. De parfaites coutures. Chez lui, les gosses ne lèvent pas le ton sur les parents. Chez lui, on dit « amen » à chaque souhait. Chez lui, les gâteaux au four et les sentiments sont faits d’amour. Alex est un enfant sage qui revient de la catéchèse. Il est pressé et marche d’un pas alerte. Il est midi. Il ne doit pas faire attendre maman. Elle a fait pour lui, un délicieux gâteau à l’ananas. Il passe par un couloir. Un couloir par lequel les enfants sages comme lui ne doivent pas passer. Mais il est pressé. Maman l’attend. Elle a fait pour lui, un bon jus de bissap. Soudain, il tombe sur une masse de chair difforme couchée sur les graviers brulants de midi. Alex reconnait cette odeur. La puanteur de Bob. Alex veut continuer son chemin. Mais, une idée nait dans son esprit. Elle descend, lentement, traverse sa poitrine, fait bondir son cœur, noue son estomac, remonte comme ragaillardi, tend ses muscles et finalement se loge aux extrémités de ses doigts. Une idée qui ne devrait pas naitre dans l’esprit lumineux des enfants sages. Alex prend alors une pierre, minuscule, ce n’est pas pour blesser, pense-t-il, et la lance contre Bob. Alex a vu plusieurs fois ses amis en faire autant. Ca le démangeait depuis si longtemps. C’est si bon de faire du mal, glousse-t-il de plaisir. L’adrénaline qui se propage dans son corps a quelque chose de …magique ! Quelque chose qu’Alex aime parce qu’il ne l’a jamais connu… Il prend alors une autre pierre, à peine plus grosse que la précédente et la lance en direction de ce corps immonde. Bob ne réagit toujours pas. Il a les yeux clos. Il est mort peut être. Ce serait drôle. Personne ne va pleurer un idiot. A cette pensée, Alex tourne les talons et continue son chemin. Mais Bob est tout sauf mort. Il ouvre les yeux. Des yeux froids et secrets.  Il se lève d’un coup et se jette dans un bond surréel sur l’enfant sage. Alex n’a pas le temps de réagir que deux mains puissantes lui nouent le cou et lui enserrent la gorge. Il tente de se défendre. Il frappe, poings fermés, de toutes ses forces contre le visage de son agresseur. Une piqure de moustique. L’idiot ne ressent rien. Il semble ailleurs, ne regardant même pas sa victime. Perclus dans ses pensées, perdu dans le labyrinthe de son esprit d’attardé. Alex à bout de souffle l’insulte et lui crache au visage. Bob reste immobile, les yeux baissés, toujours le regard fuyant. Puis soudain, il les lève et plonge son regard dans celui de l’autre. Alors, un vaste cri d’effroi empli les poumons de l’enfant sage et en chasse tout l’air. Une terreur si forte qu’il n’entendra pas le bruit sec de son cou brisé, ne sentira pas les spasmes traversant son petit corps à l’agonie ni le jet de sang noir jaillissant de chacun de ses grands yeux clairs d’enfant sage. Une terreur si forte qu’il ne verra pas venir sa propre mort. Bob, l’idiot, se révèle lentement, met le corps sans vie sur son épaule et le transporte jusqu’à sa petite cabane de sachet. Il le pose délicatement sur une chaise en plastique trouvée dans un gros tas d’ordure. Juste à côté, gisent 4 autres enfants sages en état de putréfaction avancée. Bob, s’assoit en face d’eux et jette un regard circulaire à sa cabane puante en se disant qu’elle deviendra bientôt trop petite pour accueillir tous les autres enfants sages de  Koumassi Prodomo…»  
Tags : ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Krys Closran

Previous Post Next Post

Comments (26)

  • Tanya Gourenne
    Tanya G 18 décembre 2012 à 17 h 36 min

    hahaha (rire machiavelique)! quel genie litteraire. bravo comme d’hab.

     Reply
  • valdo 18 décembre 2012 à 17 h 45 min

    Texte simple qui m’a scotché à la fin de la lecture.
    j’ai apprécié…tu as du talent assurément

     Reply
  • Mady
    Macmady 18 décembre 2012 à 17 h 58 min

    Captivant.. Cruel aussi, comme indiqué…

     Reply
  • Roland Polman 18 décembre 2012 à 19 h 21 min

    hum… je m’abstiens de commentaires

     Reply
  • Emmanuel Mansilla (@Kpimba_boy) 18 décembre 2012 à 20 h 09 min

    wow, c’est captivant et mechant oh oui, oh oui, j’en re veux, encore !!!

     Reply
  • Brook
    Brook 18 décembre 2012 à 21 h 22 min

    Wooow…

     Reply
  • Skyrocket
    Skyrocket 18 décembre 2012 à 21 h 46 min

    Un gamin un peu bourré, je comprend mieux après cette histoire. Tu as une imagination effrayante que j’aime en tout cas

     Reply
  • Farapie
    Farapie 18 décembre 2012 à 21 h 46 min

    brrrrrrrrrr j’ai eu froid dans le dos rien qu’à te lire! Captivant, enivrant et surtout terrifiant…

     Reply
  • Shannen Rimphrey
    Shannen Rimphrey 19 décembre 2012 à 0 h 47 min

    Oh mon Dieu! comment un enfant peu t’il faire cela? c’est cruelle et inhumain… mais , laquelle des deux partie l’est vraiment? doit on considéré cet enfant bani de la société et rejeté qui se venge des supplices encourus ou les enfants qui ne prennent pas conscience de la méchanceté grotesque de leur moquerie?…

    texte vraiment captivant! merci Krys!

     Reply
  • Sadjee 19 décembre 2012 à 10 h 27 min

    Histoire atroce. Ah, les psychopathes…(lol)

     Reply
  • Josya Kangah
    josya kangah 19 décembre 2012 à 10 h 28 min

    quelle horreur, quelle cruauté, quelle méchanceté. j’en tremble de tout mon corps.
    merci Krys

     Reply
  • Ama 21 décembre 2012 à 11 h 32 min

    woooowwww quel talent! partagée entre l’envie de vomir et d’applaudir!
    tellement bien écrit. simple et efficace!

     Reply
  • Marty P. 21 décembre 2012 à 12 h 54 min

    J’en ai eu la chair de poule!!!brrrrrrr

     Reply
  • Krys Closran 22 décembre 2012 à 13 h 59 min

    Merci @Tous pour vos commentaires… Merci surtout à mon ami Polman de m’avoir soufflé l’idée… Et grand merci à 225 nouvelles d’exister! 😉

     Reply
  • Licka choops 10 janvier 2013 à 20 h 11 min

    je surkif c’est trop beau moi j’aime les drame alors quand y’a mort d’homme mon coeur est en joie lol mais là franchement au début je lisais et je voyais un genre de grand corps malade et tout genre slam lol et là tout d’un coup paff le petit bob est un idiot pas très idiot lol je surkif tu es chef dans l’art toi bravoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo et je dirai meme plus bravoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo lol

     Reply
    • Krys Closran 10 janvier 2013 à 20 h 30 min

      « quand y’a mort d’homme mon coeur est en joie »… Licka, tu me fais peur toi, lol…Merci bcp!

       Reply
  • Licka choops 10 janvier 2013 à 20 h 12 min

    PS merci polman

     Reply
  • Licka choops 10 janvier 2013 à 20 h 46 min

    krys closran lol enfait mort d’homme que dans les histoires hein pas en vrai faut pas avoir peur lol c’est juste que ton histoire sort des normes c’est peu fréquent donc captivant

     Reply
  • Daleda ♥ (@Tee2Bee) 14 janvier 2013 à 13 h 34 min

    chiiiéééééééééééééééééééééééé

     Reply
  • Ghislain N'guessan 25 janvier 2013 à 11 h 32 min

    I like that !!!

     Reply
  • Spé Ciale 12 février 2013 à 20 h 35 min

    En tout cette histoire laisse tout sauf indifférent! Contente de découvrir des textes autres qu’à l’eau de rose.

     Reply
  • Ange G 14 mars 2013 à 8 h 50 min

    J’ai compris assez tôt qu’il y aurait eu rencontre entre l’enfant idiot et l’enfant sage. Mais je ne me suis pas lassé de te lire pour autant… Il faut croire que j’aime la puanteur, l’effroi et le sang. Et toi aussi d’ailleurs 😉

    Bravo

     Reply
  • Dimba 25 mars 2013 à 14 h 12 min

    J’ai ri à la dernière réflexion de Bob quand il a songé à un agrandissement de sa cabane, pour y accueillir ses nouveaux amis macchabées.
    Ce qui est curieux par contre c’est que les 4 jeunes aient disparus sans que personne n’ait pu soupçonner BOB

     Reply
    • Nene Fatou 28 octobre 2013 à 16 h 34 min

      Dimba, qui aurait pu soupçonner un idiot? (RIRES)

       Reply
  • anoush 19 octobre 2013 à 17 h 34 min

    très beau ce texte et je retiens surtout que le cerveau de Bob était à l’image de sa laideur et de sa puanteur!

     Reply
  • Caroline 14 janvier 2016 à 14 h 25 min

    Waaaaw! Génial ce texte! Il y a tout les ingrédients d’un bon thriller! Bravo à l’auteur!

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Krys Closran