About Author

MONSIEUR PØCKPÄ

AVEC TOI, QU’EST-CE QUE CE SERA ?

décembre 5, 2013 8:20 Publié par
John-David, …Tu sais, quand je pense à nous deux, c’est un peu comme si j’étais dans un port à attendre dans l’incertitude qu’un bateau de je ne sais quelle nature – une caravelle, un yacht, une sardinière, un paquebot ? Peut être que c’est un thonier…-accoste pour s’ancrer à mon pont. Une importante étendue de terre et d’eau salée nous rend épars à nous-mêmes mais malgré cet état circonstanciel des choses, mon amour pour toi demeure aux yeux de tous, une indéniable réalité et si la question même de ton absence reste chose essentielle, un problème tout autre se pose : -Tu es là-bas mais tes yeux, tes oreilles sont logées ici. -Tu consommes la soupe des « affairages » avec un appétit bien curieux. -Tu te lances dans une écoute incroyablement rigoureuse des « On dit » Et c’est sans te faire prier que tu m’informes à chaque fois d’une nouvelle histoire vraie, exagérée, ou bonnement fabriquée où c’est toujours moi qui ai le rôle de la méchante. Ecoute, je n’ai pas envie que tu sois mon Fakaloh. Je préfère laisser cette excellence là à Betika. Me voilà bien assez épuisée en tous sens par ton absence pour continuer de vivre cette situation qui n’a pas lieu d’être supportable. J’essaie en open-minded person de comprendre tes élans machistes et toutes ces séquences à la saveur de jalousie que tu te fais grand plaisir à m’offrir mais il y a un « mais » ! Je n’ai pas envie de me sentir H24 comme incarcérée dans une prison à sécurité maximum où tous mes faits et gestes sont précieusement étudiés. Je n’ai pas envie de restreindre ma vie au format minimaliste d’une boîte à chaussure «pour que tu sois rassuré» me diras-tu. La confiance, tu sais ce que c’est ? Enfin, tu sais ce que ça veut dire ? Je ne pense pas. Tu devrais chercher dans le dictionnaire mais je sais que tu ne le feras pas alors, je vais me gêner. Selon le dictionnaire QUILLET de la langue française, la confiance, du latin fades (foi) est la ferme croyance en la probité de quelqu’un. Confiance. J’espère bien t’avoir mis en lumière sur la chose. Confiance… oui, confiance. C’est parce que j’ai confiance en toi que j’affronte quotidiennement ma pauvre mère dans un match de catch verbal d’où elle me sort à chaque fois de surprenantes onomatopées dioulatisques– Koutoubou…. Eh Allah… Ladji la … ! ou autres cris d’hystéries malinkéisés Pour elle, je suis profondément idiote d’attendre un Fafror qui ne lui envoie jamais d’argent pour panser les plaies de sa misère et qui passe sûrement son temps à bouffer des nouilles en basse Corée. Je devrais cesser de faire la sotte et accepter la proposition de vieux Siriki. Un octogénaire chauvin, polygame dans l’âme, aveuglément amoureux de mes courbes voluptueuses qui fait millionnaire comme métier. Oui, tu m’as bien comprise, il a l’âge de mon grand-père et il désire ardemment que ce soit moi la nouvelle gazelle qui lui sucre toutes ses blessures. Mère qui se voit déjà dans ses apparats de grande dame me presse de crier « amen » à sa requête avant qu’il ne succombe d’une éventuelle crise cardiaque… Avec Papi Siriki, ce sera Moët et Prada, check up et villa. Je serai sa favorite en titre et avec lui, les scènes de ménages virtuelles seront à exclure. Je serai celle à qui il offrira le plus de présents… Celle avec qui il passera le plus de temps en chambre [même si] soutenu par un gavage astronomique de pilules aphrodisiaques. Celle qui…. Je ne sais plus ! Les avantages sont légions. Mais avec toi, qu’est ce sera ?
Tags : , , ,

Classés dans :, ,

Cet article a été écrit par MONSIEUR PØCKPÄ

Previous Post Next Post

Comments (2)

  • Licka choops 5 décembre 2013 à 19 h 39 min

    mon associé tu as tué hein lol j’aime ta fantaisie

     Reply
  • christian Loua 20 décembre 2013 à 14 h 16 min

    beau texte plein de créations plaisantes. c’est bien, car on perçoit la présence d’un esprit créateur. la définition même d’un écrivain. pas d’écrivaillons ni d’écrivassiers comme le dirait feu JEAN-MARIE ADJAFFI. en tout cas c’est beau même si je déplore une carence de fluidité dans les phrases.
    ces phrases-ci sont toutes chatouillantes et munies d’une bonne sonorité : »un match de catch verbal « , « la nouvelle gazelle qui lui sucre toutes ses blessures ». MERCI pour ce déjeuner narratif et BRAVO.

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

MONSIEUR PØCKPÄ