About Author

Insolite Girl

ADJOUA LEBOEUF (4)

décembre 10, 2014 2:30 Publié par

–       Bonjour !

–       Bonjour madame… fit- il hésitant en cherchant mon patronyme.

–       Mademoiselle !! je ne suis pas encore mariée et tu peux m’appeler Adjoua me pressai-je de lui dire en souriant. J’imagine qu’un si bel homme comme vous doit être casé depuis !!!

–       Euh…Excusez moi, vous avez dit Adjoua ?? Comment une whitie peut porter un nom que mes sœurs ivoiriennes du centre portent ?? Pardon d’être aussi curieux.

–       Ah, je vois ! dis-je très en joie pour cette nouvelle. Il est Ivoirien !!! puis essayant de dissimuler ma joie je repris mes esprits et répondis à sa question. Ben… Adjoua c’est le nom que mes copines m’ont donné et je dois dire que je le préfère à Marine en tous cas !

–       Ah je vois ! pour répondre à votre préoccupation, je ne suis pas marié. Je suis avec une fille avec qui j’ai des projets. Mais pourquoi une si belle femme comme vous n’est pas encore mariée ?

–       Parce que je n’ai pas encore trouvé l’oiseau rare. Je ne suis aucunement pressée. S’il te plait arrête de me vouvoyer ça fera plus simple ! que dirais-tu d’un déjeuner ensemble le temps que ma voiture soit prête ? je sais que tu es en pause alors ne refuse pas mon invitation s’il te plait !

–       C’est compris ! laisse-moi juste le temps de me faire remplacer et je te suis.

Pendant tout le temps qu’a duré déjeuner, je pensais à une stratégie d’attaque typiquement Ivoirienne que tantie Korotoumou m’a apprise lors de mon dernier voyage en Côte d’Ivoire. Mère de trois filles dont Aichata ma meilleure amie, tantie Korotoumou réussi à s’imposer auprès de ses rivales au point d’être la préférée de mari. Jalouses et imaginant qu’elle avait recourt aux charlatans, ses rivales cherchaient en vain son secret. Chaque soir, elle nous réunissait dans l’arrière cours pour nous donner des cours qu’elle appelait ‘’ méthodes à la koro’’.

Après avoir pris des renseignements et su que Imane aimait le toho à la sauce gombo, le tiéboudiène et les jus de bissap et gnanmankou, la stratégie pouvait se mettre en place. Peu importe s’il était engagé ailleurs, comme me le dit à n’en point finir Aichata, pour avoir un mari, il faut batailler dûr !!! la plus persistante avec des stratégies qui font tâche d’huile sort toujours victorieuses. Je l’invitai le samedi soir dans un restau chic de paris avant de lui proposer une soirée dans un endroit hot où je jouai le rôle de la strip-teaseuse. Je savais qu’il aimait ça. Plusieurs fois dans ses dires, j’ai décelé en lui un homme un peu…’’ pervers’’ aimant les sensations fortes. Je le voyais se surprendre à sauter sur son siège lorsque je dansais et je savais qu’au fond, il était conquis.

Apres cette soirée, Imane proposa de me raccompagner jusque chez moi et repartir en taxi ce que je refusai lui proposant de dormir sur divan. Ce qu’il accepta après plusieurs refus. Je sentais que la soirée allait être magique ! Une fois chez moi, je lui proposai de se doucher pour mieux dormir ce qu’il accepta. Alors je fis couler de l’eau tiède au sel de bain relaxant Yves Rocher. Dès son entrée dans la salle de bain, je me déshabillai rapidement puis mis à mon rein le baya lumineux à senteur camomille aux reins avant de l’y rejoindre. Tétanisé par ma nudité, Imane ne put dire mot…

–       Est-ce que je peux te rejoindre dans la baignoire ? Lui demandai-je coquine.

–       Euh…euh…

Avant qu’il eut terminé, j’étais déjà installée dans la baignoire. Je commençai par lui verser de l’eau sur le corps avant d’entamer une petite séance de massage. Bisous et caresses s’entremêlèrent au grand bonheur de Imane qui jusque-là ne put placer un mot. Il se laissait transporter par l’effet du massage. Le sentant apte à passer à l’acte, je sorti de l’eau histoire qu’il reprenne ses esprits. Je me dirigeai vers la chambre à coucher et l’invitai à me suivre. Préalablement embaumée de ‘’ oussounan’’ ma chambre ressemblait à celle de ses parents, me dit-il et il aimait ça. Sur ma table de nuit, était posée une carafe de lait dans laquelle j’avais mis des cristaux de menthe achetés à la pharmacie sur conseils de tantie Korotoumou juste pour le rendre endurant et pimenter nos ébats afin de marquer mon terrain. Nous nous sommes aimés toutes la nuit sans nous en lasser. Le baya lumineux fut son coup de cœur car très excitant lorsque toutes les lumières sont éteintes.

 Le lendemain, pendant qu’il était endormi, je fis couler un bain, fis de la bouillie de mil comme petit déjeuner avant de le réveiller. Nous restâmes ensemble tout le week-end et je mis en pratique mes talents culinaires africains. Du toho à la sauce gombo garni de crabes et du ‘’kplô’’ que Aichata m’avait envoyé lors de son dernier voyage. Je venais de marquer un point très important lors de notre toute première nuit. Et je comptais bien  marquer beaucoup d’autres afin qu’on ne se quitte plus. Chaque fois qu’on se voyait était une nouvelle occasion de le marquer jusqu’à ce qu’il décide de quitter sa fiancée pour officialiser notre union à Abidjan, à Bassam en bordure de mer du somptueux hôtel Capricio réaménagé spécialement pour l’occasion. Je finis par installer une agence de communication en Côte d’Ivoire en plus de celle de France pilotées par mon mari et moi. De cette union sont nées des triplées qui nous rendent très heureux.

FIN

Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par Insolite Girl

Previous Post Next Post

Comments (2)

  • Josya Kangah
    Josya Kangah 11 décembre 2014 à 15 h 49 min

    J’ai attendu la fin pour réagir. J’ai vraiment aimé ton histoire avec ses tournures, suggestion et autres.Ton écriture est simple et claire.
    Cependant, je n’ai pas aimé cette dernière partie pas qu’elle ne soit pas bien écrite. Mais l’aspect moral qui a été évoqué dans les trois premières par Adjoua pour ne pas briser un ménage a volé en éclats dans cette dernière partie. Le retour en France signifie-t-il la fin de la moralité?
    Je pense aussi que l’histoire aurait dû finir avec le refus de renouer contact avec Patrick et que tout ce qui se passe à Paris aurait pu constituer une autre histoire. Car le lien est difficilement établi.

    Cela dit, merci Insolite Girl

     Reply
  • Insolite Girl 12 décembre 2014 à 10 h 40 min

    Bonjour Josya! Merci pour tes critiques. Marine a refusé de renouer avec Patrick malgré toutes les tentatives de ce dernier. Aussi, refuser de détruire une famille est une belle chose. Aussi, vouloir son bonheur auprès d’un homme pas marié qui ne vit pas en concubinage mais qui a une copine , c’est différent. Marine voulait lutter pour avoir cet homme et y est parvenue par des méthodes recommandées. Il faut lutter pour avoir ce qu’on veut et c’est ce qu’elle a fait!

     Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Insolite Girl