About Author

Insolite Girl

ADJOUA LEBOEUF ( 1)

décembre 5, 2014 11:15 Publié par
L’Afrique est un continent si riche en cultures que j’en suis tombée amoureuse dès mon jeune âge. A l’école, je ne marchais qu’avec les « Blacks ». J’adorais surtout les Ivoiriens. Leur convivialité, leur esprit d’équipe, leur joie de vivre et surtout le groupe Magic system qui fait vibrer toute l’Europe. Il me rappelle chaque fois que j’écoute la chanson « Moya », que je dois épouser un « Black », un Ivoirien. Française de père et de mère, je me nomme Marine Leboeuf. Je me plais à dire à qui veut l’entendre que je suis Française de peau mais Ivoirienne de cœur. Je rêve Ivoirien, je pense Ivoirien, je prépare même Ivoirien. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle mes copines Ivoiriennes m’appellent Adjoua. Tous les dimanches chez moi, c’est du « cocotcha », de la banane mûre pilée enduite d’huile rouge, accompagné de la sauce claire pimentée avec de l’escargot, du brochet et des pattes de bœuf. Une amie me faisait parvenir des escargots séchés chaque fois qu’elle en avait l’occasion. Directrice d’une entreprise de communication, je voyageais beaucoup. Je rencontrais beaucoup de personnalités venant de divers pays. Inutile de vous dire que des dragueurs il y en avait ! Sans trop me lancer des fleurs je suis une femme très belle. Mon obsession pour la Côte d’Ivoire, mes parents la digéraient très mal. Ils avaient prévu pour moi un avenir radieux avec à mes côtés un blanc friqué. Ils ne sont pas non plus parvenus à me mettre en tête que les noirs étaient des profiteurs, des menteurs en quête de papiers pour de bonnes conditions de vie en France. La journée s’annonçait longue. De repos, maman voulait que j’aille faire ses courses. Moi qui voulais paresser dans mon lit si douillet avant de mettre de l’ordre dans mon appartement, c’était fichu… Pour me donner du tonus, je mis ‘’Gwetta’’ de Toofan, avant de prendre une douche. Ce genre de chanson a le don de me communiquer une pêche sans nom ! Le centre commercial était bien éloigné de chez moi.Il me fallait laver la voiture, faire le plein de carburant et la vidange avant de me lancer. Alors j’entrepris de me rendre à la station d’essence la plus proche. Je fus accueillie par monsieur Boireau, un ami de classe de mon père qui m’installa avant de me présenter à son nouvel assistant. Il s’appelait Imane. Il était chargé de s’occuper de ma voiture. Je dois avouer que sur le champ, sa politesse, et son sourire m’ont fait frémir. Imane était certes un Africain, mais il n’était pas le genre de mec dont je rêvais. Il était beau mais pas grand. Moi, j’adore les beaux africains, grands à la Jordan avec des tablettes de chocolat. Imane avait aussi du charme mais pas assez pour me rendre folle. Sa timidité était un plus à ses qualités visibles à première vue. Pendant que la voiture était au lavage, une envie soudaine d’échanger avec Imane me hanta. Mon orgueil me remit immédiatement à ma place. J’étais tétanisée par cet homme et je ne comprenais pas pourquoi. Moi qui ne voulais pas d’homme comme lui… Pour me détendre, je mis mon écouteur dans les oreilles et fredonnais ‘’ chérie coco ‘’ de Magic System. Parfois, de passage, nos regards se croisaient et il me lançait un beau sourire. Je frémissais de plus en plus, priant que ma voiture me soit remise rapidement avant de partir telle une voleuse. Ce genre de sentiment ne m’était jamais arrivé. Même lorsque j’étais tombée folle amoureuse de Patrick Kouakou, ce genre de sentiment ne m’avait jamais habité. Ah Patrick Kouakou ! Le beau mec que toutes les meufs rêvaient d’avoir à leurs côtés toute leur vie. Patrick était pétrolier. Nous nous sommes rencontrés dans l’avion et avons sympathisés. A force de nous appeler et de déjeuner ensemble par moments, on a fini par nous rapprocher avant de nous aimer passionnément. Je voyais la vie en rose avec ce bel Ivoirien. Il avait les mots justes pour faire rêver. Il était si doux… Un soir, alors que je me pressais de gagner mon appart après une journée de dur labeur, une femme avec deux enfants m’attendaient devant mon appartement. Elle m’accosta gentiment avec un sourire. Quand je me suis rapprochée d’elle pour savoir ce qu’elle voulait, une crise cardiaque faillit m’emporter quand je vis la dame sortir son revolver et le pointer sur moi. – Q qqqui êtes-vous ?? Que que que me voulez vous ?? lui demandai-je la voix nouée, la peur au ventre. Je vous en prie madame posez ce flingue et on discutera calmement, fis-je en tentant de me rapprocher d’elle. – Si vous faites un pas de plus je vous bute !! – Que me voulez-vous Madame ? Qui êtes… Ma phrase ne fut pas terminée qu’un coup de feu se fit entendre…   A SUIVRE
Tags :

Classés dans :,

Cet article a été écrit par Insolite Girl

Previous Post Next Post

Comments (2)

  • KABA Kouda 5 décembre 2014 à 15 h 05 min

    Hummm !!! Certaines femmes ont une façon très expéditive de régler le problème de « sorcière » lol….
    BRAVO

     Reply

Répondre à KABA Kouda Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'auteur

Insolite Girl